NOS DERNIÈRES PUBLICATIONS

les analyses proposent, dans un format cours, une approche ouvrant un débat ou approfondissant un sujet lié à l’écologie politique. Si la rigueur de recherche est de mise, une analyse d’Etopia se veut toutefois rédigée dans un format accessible à tous.

Une monnaie complémentaire pour le Bien commun

Une monnaie complémentaire pour le Bien commun

Les monnaies complémentaires sont encore anecdotiques dans le paysage monétaire. De plus, elle doivent le plus souvent obéir à des contraintes qui en limite l’efficacité. Mais une fois le principe accepté, une autoroute s’ouvre à nous. Il n’y a aucun frein technique, la seule question qui se pose est de préciser le « pour quoi » et le « comment », cœur de cette proposition.

Des cerveaux verts ? Ce que les neurosciences peuvent apporter à l’écologie politique.

Des cerveaux verts ? Ce que les neurosciences peuvent apporter à l’écologie politique.

Les écologistes présentent souvent leurs propositions en des termes complexes et nuancés : pour être entendus, il leur faudrait donc simplifier. Or, précisément, les propositions écologistes s’appuient sur la prise en compte des interdépendances, des chaînes de causalité circulaires, complexes : ce seraient donc les dénaturer que de les simplifier. Il pourrait sortir, des considérations qui vont suivre, une manière d’affronter ce dilemme.

La transition monétaire: Pour une monnaie au service du bien commun

La transition monétaire: Pour une monnaie au service du bien commun

Les transformations des sociétés ont toujours impliqué des transformations du système monétaire. La société ne réalisera pas ses nouveaux objectifs au premier rang desquels la transition écologique et sociale sans une transition monétaire. Plus que jamais, la société a besoin que la monnaie soit (re)mise à son service.

Proposition d’un indicateur de durabilité multicritère appliqué aux Technologies de l’Information et de la Communication

Proposition d’un indicateur de durabilité multicritère appliqué aux Technologies de l’Information et de la Communication

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont en train de connaître un essor sans précédent depuis cette dernière décennie, notamment avec l’émergence des smartphones, tablettes et écrans plats. Ces outils sont cependant de plus en plus gourmands en métaux de toutes sortes et même si les quantités par équipement sont parfois non significatives, l’explosion de leur demande pourrait être problématique sur le court-moyen terme.

Kate Raworth: “Il faut commencer par là où vous êtes !”

Kate Raworth: “Il faut commencer par là où vous êtes !”

Un ambitieux projet de transformation de l’économie locale est mis en place dans la région de Bruxelles-capitale, s’inspirant de l’économie du Donut proposée par l’économiste anglaise Kate Raworth. Combinant le concept de frontières planétaires avec le concept complémentaire de frontières sociales, l’économie du Donut souhaite articuler les besoins économiques à un plafond environnemental.

Sur la piste d’un éco-décolonialisme ?

Sur la piste d’un éco-décolonialisme ?

Le monde occidental a récemment été secoué par la mise en lumière, dans l’espace public, des questions racistes et décoloniales. Il est probable que cette perception soudaine d’un “décolonialisme inachevé” n’est que la pointe de l’iceberg d’un travail longuement mené par de nombreux auteurs, y compris récemment dans la sphère écologiste.

Sommet européen: la fin d’une saga

Sommet européen: la fin d’une saga

Les chefs d’État et de gouvernement ont tenu leur ultime sommet en 2020, ce qui leur a permis de débloquer l’accord sur le budget européen 2021-2027 et sur le plan de relance et de résilience post-Covid baptisé NextGenEU. Ce paquet, qui requiert l’unanimité, était jusque-là bloqué par les gouvernements hongrois et polonais, en raison de la mise en place d’une conditionnalité des versements des subsides européens au respect des engagements pris par les États Membres au moment de leur adhésion en matière d’État de droit.

Romain Landmeters : « Quel est l’un des grands consensus entre historien.ne.s de la colonisation ? Celui sur la violence de l’entreprise coloniale belge. »

Romain Landmeters : « Quel est l’un des grands consensus entre historien.ne.s de la colonisation ? Celui sur la violence de l’entreprise coloniale belge. »

Les historien·ne·s s’accordent sur le fait que la violence a eu lieu non seulement de manière très prégnante dans la société de l’État indépendant du Congo, mais qu’elle a perduré jusqu’à la fin de la colonisation, dans des formes peut-être moins visibles, mais de manière tout aussi prégnante

PUBLICATIONS ETOPIA

Études – Analyses – Éditos – Témoignages – Livres – Brochures

Fondements de l’écologie politique

Transition

Énergie & environnement

Économie & innovations

Europe & international

Sciences & technologies

Démocratie – éducation – citoyenneté

Social-écologie

Divers

Share This