ANALYSES

les analyses proposent, dans un format cours, une approche ouvrant un débat ou approfondissant un sujet lié à l’écologie politique. Si la rigueur de recherche est de mise, une analyse d’Etopia se veut toutefois rédigée dans un format accessible à tous.

Fondements de l’écologie politique

Transition

Énergie & environnement

Économie & innovations

Social-écologie

Europe & international

Sciences & technologies

Démocratie
Education
Citoyenneté

Divers

Votre analyse ici ?

Etopia accueille les soumissions spontanées d’articles destinés à être publiés sur notre site Web.
Vous trouverez plus d’informations ici.

NOS DERNIÈRES PUBLICATIONS

L’illusion du découplage: transition et épuisement des ressources

L’illusion du découplage: transition et épuisement des ressources

Le découplage en Occident est un mythe, puisqu’on externalise de plus en plus les impacts environnementaux, en particulier les émissions de gaz à effet de serre, et la tendance actuelle portée par les hautes technologies n’est pas à l’amélioration… que du contraire.

Jean de Munck :  « le projet de l’écologie politique est un projet de révolution »

Jean de Munck : « le projet de l’écologie politique est un projet de révolution »

Jusque dans les années 2010, l’écologie politique s’est contenté d’annoncer des catastrophes possibles. Elle pointait dans la vie quotidienne des gens les effets qui étaient jugés pervers, néfastes, inconfortables. À partir des années 2010 apparaît la question de l’urgence, avec le fait que l’irréversible atteint directement désormais le contemporain et non plus les générations futures. Il faut maintenant vivre avec cette urgence, en faire une alliée et non pas un empêchement.

Télétravail : quel avenir pour le monde du travail ?

Télétravail : quel avenir pour le monde du travail ?

Au printemps 2020, près d’un travailleur sur cinq dans le monde a travaillé à domicile. Une proportion inédite, qui est vouée à se pérenniser après la crise sanitaire, avec des conséquences majeures dans de nombreux domaines.

Bruno Latour, penseur du tournant écologique, vient de nous quitter.

Bruno Latour, penseur du tournant écologique, vient de nous quitter.

« On ne comprend rien au vide de la politique actuelle si l’on ne mesure pas à quel point la situation est sans précédent. » expliquait Bruno Latour, s’étonnant du contraste vertigineux entre le calme avec lequel nous continuons à mener nos vies et ce qui nous arrive collectivement…

Quel dispositif pour responsabiliser les multinationales ?

Quel dispositif pour responsabiliser les multinationales ?

De nombreuses sociétés transnationales – également appelées multinationales – s’accommodent fort bien des violations des droits humains commises au sein de leur chaîne de production ou de distribution. Il existe aujourd’hui plusieurs voies pour les responsabiliser.

– Voix de l’Est (1/4) – Małgorzata Tracz: «  Les dirigeants occidentaux n’ont pas écouté la voix des dirigeants de l’Europe orientale, disant que Poutine est un homme dangereux »

– Voix de l’Est (1/4) – Małgorzata Tracz: «  Les dirigeants occidentaux n’ont pas écouté la voix des dirigeants de l’Europe orientale, disant que Poutine est un homme dangereux »

« Quand la crise à la frontière polono-biélorusse a commencé, en tant qu’écologistes avons souligné l’importance de traiter tout le monde de la même manière. Nous devons accepter des réfugiés. Nous devons les aider. Les Syriens et les Afghans ont été trompés par Loukachenko. Notre obligation en tant qu’État est de les aider, de leur donner une protection internationale, de leur fournir des logements, une aide sociale, etc. »

– Voix de l’Est (4/4)- Agnieszka Lichnerowicz : « Le conflit en Ukraine est la première guerre menée avec le drapeau de l’Union européenne  »

– Voix de l’Est (4/4)- Agnieszka Lichnerowicz : « Le conflit en Ukraine est la première guerre menée avec le drapeau de l’Union européenne  »

« … L’Occident a plus d’expérience avec la démocratie, avec la construction de bonnes institutions, mais ce que nous avons vécu et ce que nous vivons compte. Nous pouvons attester à quel point il est facile de perdre la démocratie, à quel point il est rapide d’avancer vers le populisme fasciste quand les gens sont pauvres. »

Exploration des possibilités ouvertes par une politique de compte carbone

Exploration des possibilités ouvertes par une politique de compte carbone

Le changement climatique menace les sociétés humaines et les écosystèmes autour d’elles. Pour en atténuer les effets, plusieurs types de politiques publiques ont été conçus. Les politiques de compte carbone sont ainsi des politiques d’atténuation du changement climatique par lesquelles des unités de carbone sont attribuées aux utilisateurs finaux (les individus) qui doivent les restituer lorsqu’ils achètent (certains ou) tous types de biens et de services impliquant des émissions de carbone.

Quelles institutions de gestion sociale des risques ?

Quelles institutions de gestion sociale des risques ?

Notre société produit des effets indésirables, dangereux pour l’humanité, dont les impacts dépassent les frontières, sont difficilement identifiables et sont systémiques. Tchernobyl, la crise de la vache folle, la crise de la dioxine, la crise du Covid-19 en sont autant d’exemples. Leur gestion repose donc sur une compréhension et une gestion du phénomène d’autant plus compliquée qu’elle porte à la fois sur de nombreux aspects de la vie contemporaine et sur des impacts inégalement répartis dans la société.

L’hypothèse biorégionaliste, pour un futur en commun.

L’hypothèse biorégionaliste, pour un futur en commun.

« Le biorégionalisme reconnaît, nourrit, soutient et célèbre nos liens locaux avec la terre, les plantes et les animaux, les rivières, les lacs et les océans, l’air, les familles, amis et voisins, les communautés, les traditions autochtones et les systèmes de production et de commerce. Être biorégionaliste, c’est prendre le temps d’apprendre les possibilités locales. »

Énergie nucléaire : sortir des dogmatismes

Énergie nucléaire : sortir des dogmatismes

Si certains instrumentalisent le débat nucléaire de manière opportuniste, constatons que trop rester dans des aspects techniques nous empêche de penser la politique énergétique du XXIe siècle. Deux enjeux devraient en effet prendre le dessus sur les arguments technologiques : l’économique et le démocratique.

Chaque jour, la Belgique transfère 10 millions d’euros à Poutine

Chaque jour, la Belgique transfère 10 millions d’euros à Poutine

Le conflit en Ukraine fait rebondir le débat énergétique déjà particulièrement mouvementé ces derniers mois en Belgique. Alors que les débats houleux de 2021 portaient sur la sécurité d’approvisionnement, l’invasion russe attire l’attention sur le soutien que l’achat de gaz apporte au complexe militaire de la Russie de Poutine. Bien que la Belgique ne soit que peu directement dépendante du gaz russe, la perspective d’ouverture de nouvelles centrales au gaz suscite de nombreuses réactions..

Share This