Breaking news : cette conférence sera diffusée sur Radio Campus 92.1 (et en streaming sur www.radiocampus.be) le jeudi 22 octobre à 23h00 et sera rediffusée le lundi 26 octobre à 9h00.

Écologie politique, écologie sociale, écologie spirituelle, quels fondements pour le bien commun ? Comment penser, dans une perspective écologique, le rapport entre politique et spiritualité sans que ces deux domaines soient confondus ? La spiritualité peut-elle dépasser le stade du « développement personnel » et entrer dans la ronde de la résistance et de l’alternative sociale ? Le politique peut-il s’ouvrir à la spiritualité, à ses questionnements propres (valeurs qualitatives, accomplissement de soi et réalisation personnelle, sens du sacré, notamment par l’art et la créativité…) ?

Quels sont les exemples probants, dans le monde entier, de militances articulant écologie politique et écologie spirituelle ?

 Brésil, avec le Mouvement des Sans Terre, issu de la Pastorale de la Terre de la théologie de la libération (Léonardo Boff…)

 Inde, avec le combat écospirituel de Vandana Shiva et de Navdanya, avec la dynamique écopaysanne gandhienne d’Ekta Parishad

 La lutte des peuples autochtones aux quatre coins du monde, avec leur cosmovisions anticapitalistes.

 L’Indonésie, avec le travail socio-éducatif de l’Ifess (la Fondation Islamique pour l’écologie et les sciences de l’environnement), de Fazlun Khalid

 La spiritualité écoféministe socialement engagée aux Etats-Unis, avec Starhawk, Rosemary Radford Ruether, Charlène Spretnak….

Il y a maintenant un siècle, le sociologue Max Weber posait un constat : le « désenchantement du monde » serait une composante fondamentale de ce qu’il appelait la « modernité capitaliste ». Or, ce désenchantement est l’une des racines de la crise socio-environnementale. Ce qui nous environne a cessé d’être « Milieu de vie », « Nature », « Cosmovision », « Projet communautaire », « Espace symbolique » pour devenir un simple stock de ressources qu’il nous faut gérer. Les relations entre les humains et leur environnement ne sont qu’utilitaires, instrumentales et marchandes. La Nature n’étant plus sacrée, elle devient profane. La crise socio-environnementale est-elle autre chose que la profanation de la terre ? L’humain lui-même a été emporté dans cette folie. Mutilé, il est devenu homo oeconomicus. Portée par de nombreux mouvements sociaux dans les pays du Sud, et par quelques courants de pensée au Nord, la convergence entre les dimensions politiques, sociales et spirituelles de l’impératif écologique apparaît comme une vraie alternative de civilisation. En effet, l’utopie concrète écologique nécessite bien plus que de courageuses décisions politiques et sociales : elle nous exhorte aussi à modifier notre représentation de notre Maison Terre, à clarifier nos valeurs, et à réhabiliter l’imaginaire, le sacré, l’esthétique, la vie intérieure, afin de nouer une relation qualitative avec la Nature.

Enregistrement audio

L’écologie, entre politique et spiritualité. Mohammed Taleb

Infos pratiques

Campus du Solbosch – Bâtiment H2215 – Avenue Franklin D. Roosevelt 50 1050 Bruxelles

Prix de participation: 15 EUR (Jeune < 26 ans : 7.50 EUR) Réservations uniquement sur le site de Tetra

Cette conférence fait partie d’un cycle de 4 conférences co-organisées avec Tetra et la MDD de LLN

Share This