etopia
Introduction à une histoire des idées écologistes en Wallonie et à Bruxelles (1968-2008)
ECOLO, La marche verte
 
 
Benoît Lechat †

Né à Eupen en 1960, Benoît Lechat a été au Groupement des Jeunes Protecteurs de la Nature (GJPN) à la fin des années ’70 avant de faire des études de philosophie et de journalisme. Après avoir couvert l’actualité sociale à l’Agence Belga pendant les années ’90 et notamment les mouvements des enseignants et des étudiants, il a rejoint l’équipe d’Isabelle Durant au Ministère fédéral de la Mobilité et ensuite Etopia en 2004. Il publie régulièrement dans la Revue Nouvelle des articles consacrés à la politique et aux médias belges.

Il est responsable des publications chez Etopia, membre du Conseil scientifique de la Fondation de l’Ecologie Politique et rédacteur en chef du Green European Journal

Benoît est décédé le 8 janvier 2015

Autres articles
Le climat pour le changement
Ecolo, la démocratie comme projet
Ecolo, la démocratie comme projet - Partie 2
Ecolo, la démocratie comme projet - Partie 1
Quelles archives pour quelle galaxie verte ?
Avons-nous besoin d’un républicanisme vert ?
Cet été dans le Green European Journal
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
Les représentations iconographiques du développement durable dans la littérature scientifique : entre difficultés et intérêts
Demain, la robotisation heureuse ?
L’Iran en transition
5 ans après : des Révolutions Arabes à Daesh ?
Ecologie industrielle en Wallonie
Qui sont ces Belges partis combattre en Syrie ?
Ecolo, la démocratie comme projet - Partie 2
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
Die Grünen - un nouveau parti populaire ?
Paradoxes verts : diagnostic et orientation en terrain difficile
Interview de Joschka Fischer au lendemain des élections fédérales allemandes
publications - Revue Etopia 5
MANIFESTO ! A Green New Deal for Europe
Charte des Verts Européens : Lignes directrices du Parti Vert européen
publications - Analyses
Ecologie : la révolution parallèle est en marche
CONGRÈS DES GRÜNEN À FRIBOURG
publications - Notes, traductions…
La réinvention du monde
Manifeste convivialiste
Sortons du mur ! Pour un nouvel imaginaire politique
Le sens du progrès, de P.-A. TAGUIEFF
L’avenir du capitalisme
Paradoxes verts : diagnostic et orientation en terrain difficile
L’écologie revient
publications - Notes, traductions…
Sortons du mur ! Pour un nouvel imaginaire politique
publications - Analyses
Dix thèses pour une politique au temps des monstres
La véritable égalité est-elle souhaitable ?
Subprime mortgage
Mai 68 en Belgique : la brèche éclatéee
publications - Etudes
La transition démocratique de l’écologie
ECOLO, La marche verte
publications - Notes, traductions…
Ecolo. La démocratie comme projet. De Benoît Lechat
publications - Livres
Ecolo, la démocratie comme projet
Générations vertes
Du passé… pour l’avenir : ECOLO, 30 ans d’évolution
publications - Analyses
36 ans d’histoire électorale et politique
Quelles sont les archives des mouvements écologistes et des associations environnementales conservées à Etopia ?
Quelle conservation des sources pour quelle histoire de l’ecologie politique ?
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Avant propos

En 2008, il semble que l’adjectif « idéologique » soit presque devenu une insulte. De plus en plus nombreux sont les politiques qui prétendent « ne pas faire d’idéologie » et qui soutiennent répondre aux « vrais problèmes des gens », selon la formule entretemps consacrée, en invoquant « l’efficacité » et « le bon sens ». Bien qu’il ne faille en aucun cas sous-estimer l’importance de décisions politiques capables de provoquer le changement en s’appuyant sur les consensus les plus larges possibles, il semble qu’une telle qualification de l’action politique serve surtout de cache-sexe à l’immobilisme. Dans ce cas, le refus de « l’idéologie » tend à se confondre avec la défense du statu quo. Inversement, le recours aux références idéologiques ne garantit aucunement la pertinence et la justesse des conduites politiques, dans quelque parti que ce soit. Mais il permet au moins la discussion, la mise en évidence de différences d’approches, leurs origines et leurs évolutions. De ce point de vue, l’idéologie ne se confond pas avec les dogmes – qu’on désignera comme une série d’idées figées, fermées à toute évolution dont les histoires de certaines religions ou de certains courants politiques donnent de nombreux exemples, et qui ont pour fonction non pas d’ouvrer la discussion mais au contraire de l’interdire et de défendre ainsi des positions de pouvoir - mais elle renvoie à une approche dynamique de la politique, qui se sert de l’histoire et singulièrement de l’histoire des idées pour comprendre les évolutions du monde et tenter de les orienter.

Le texte qui suit s’inscrit dans cette perspective qui est à la fois « idéologique » et « dialogique », au sens où il a pour ambition de faciliter le dialogue entre générations de militants écologistes. Il s’agit d’un travail encore largement inachevé et qui a pour seul but de jeter quelques bases d’une étude plus large sur l’identité verte et l’histoire des idées de l’écologie politique en Wallonie et à Bruxelles. Il appelle par conséquent les critiques et les compléments de tous ceux qui ont participé et participent encore de près ou de loin à l’aventure verte dans ces deux régions. Se concentrant sur l’histoire des idées, il ne fait que trop peu de places au récit vécu d’une aventure collective, mais tente au minimum de décrire le contexte historique dans lequel les idées des écologistes ont évolué.

Idéalement, une telle entreprise devrait porter sur les ressources de sens qui, en amont de l’émergence du parti Ecolo, ont alimenté les idées des premiers écologistes, en Belgique, comme dans le reste de l’Europe. Elle devrait également ne pas se limiter aux valeurs défendues par le parti Ecolo mais concerner plus largement le stock d’idées véhiculées depuis bientôt trente ans par l’ensemble des organisations d’inspiration écologiste, quoique la définition d’un tel champ ne soit pas sans difficulté.

Il faut donc bien débuter quelque part… Et donc par pure solution de facilité, on commencera ici par revenir sur la signification de quelques idées défendues à l’origine par Ecolo, en se concentrant essentiellement sur les premières lignes du texte des premiers statuts d’Ecolo. Cela réduit certes fortement le spectre d’analyse, dans la mesure où par exemple les thèmes du pacifisme et du féminisme, très importants dans la genèse d’Ecolo, ne sont pas encore abordés, tout comme l’action des verts dans les communes. Mais cela permet de commencer. On esquissera ensuite le récit de leurs évolutions respectives en près de trente ans d’histoire. Le point de vue développé est résolument engagé. Il ne prétend pas à l’impartialité, mais tente de comprendre de manière ouverte et critique l’évolution des idées d’Ecolo.

(La suite dans le fichier attaché ci-joint)

TABLE DES MATIERES

Avant propos

1. Ecolo, une organisation autogestionnaire, fédéraliste et écologiste

  • Un mouvement fédéraliste
  • Un mouvement autogestionnaire
  • Un mouvement écologiste

2. Une remise en question de la société industrielle

3. Quelle stratégie ?

4. La question du rapport à la gauche

5. L’alternative n’est plus l’altérité

6. Débloquer la société

7. Quelles leçons de l’expérience du pouvoir ?

8. La nouvelle vague verte

9. Le carrefour des crises et l’avenir avec les Verts

10. Du fédéralisme intégral à la modernisation de la Belgique

11. De l’autogestion au ré-encastrement de l’économie dans la société

12. Le « Green Deal » et le passage vers une économie écologique

13. Ecolo et l’Europe

14. 1980-2009, l’histoire s’invente tous les jours


©©