etopia
Me 30/01/08 : Antoinette Rouvroy, autour de son livre "Génétique et gouvernance néo-libérale, une critique foucaldienne"
 
 
Mathilde Collin
Permanente interprofessionnelle (femmes, PME) à la CSC Liège-Huy-Waremme ; secrétaire de l’asbl urbAgora
Sujets abordés :
Autres articles
Vendredi 10 avril, 20h : "Sommes-nous manipulés par le JT ?"
Jeudi 5 mars, 20h : "Mais à quoi sert l’état social "actif" ?
jeudi 5 février, 20h : Faut-il interdire Facebook ?
Samedi 6 décembre 20h. Mais à quoi sert la publicité ?
Jeudi 6 novembre à 20h : Pseudo-médecines ou médecines alternatives ?
L’alcoolisme des jeunes existe-t-il ?
Me 30/01/08 : Antoinette Rouvroy, autour de son livre "Génétique et gouvernance néo-libérale, une critique foucaldienne"
 
agenda
midis d’étopia Un midi par mois, autour d’un bouquin : rencontre d’un auteur ou d’un lecteur.
Derniers articles de cette rubrique
Me 30/01/08 : Antoinette Rouvroy, autour de son livre "Génétique et gouvernance néo-libérale, une critique foucaldienne"
Isabelle Ferreras, autour de son livre "Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services"
Me 7/06/06 : Isabelle Cassiers autour de son livre "L’État social actif : vers un changement de paradigme ?"
Me 24/05/06 12h30 : Bernard Hennebert autour de son livre "La RTBF est aussi la nôtre"
Me 22/03/06 12h30 : Réginald Savage, autour de son livre "Mutations de l’économie belge 1953-2000"
Me 22/02/06 12h30 : autour du livre "faut-il moraliser la politique", de Myriam Revault d’Allones. Lecture critique par John Pitseys
Me 25/01/06 : Rencontre avec Christian Arnsperger auteur de "Critique de l’existence capitaliste. Pour une éthique existentielle de l’économie"
 
mots
 
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 
Avec Antoinette Rouvroy, docteur en droit et chercheuse aux FUNDP, autour de son livre "Génétique et gouvernance néo-libérale, une critique foucaldienne"

Inspiré notamment de l’oeuvre de Michel Foucault, le livre montre en quoi la survalorisation des facteurs génétiques des risques individuels - alors que les facteurs environnementaux et socioéconomiques sont par contre négligés - reflète une complicité métaphysique et politique entre cette ’généticisation’ (forme de réductionnisme et d’essentialisme génétique dans les discours médicaux, sociaux, juridiques et politiques) et l’idéologie néolibérale. La ’nouvelle’ génétique humaine ne transforme pas la ’nature’ humaine mais elle déplace le lieu d’observation des différences et des similitudes entre personnes et au sein de l’espèce humaine. La "révolution génétique" est avant tout une révolution de la perception et de la représentation de ces différences et similitudes existant entre les êtres humains, dont l’auteur explore les causes, et les ramifications sociales, politiques et économiques.

Dans la seconde partie du livre, l’auteur montre l’impact de ce nouveau "régime perceptuel" (généticisation) sur les fondements politiques et philosophiques de l’Etat providence, et sur le fonctionnement des assurances privées (assurance vie et assurance santé). Dans ce contexte, le "régime représentationnel" centré sur les gènes et le néolibéralisme contribuent à renforcer l’impression que les conditions sociales et économiques ont un caractère immuable, que l’ont ne peut pas soumettre à la délibération démocratique. Alors que les individus, eux, seraient devenus éminemment plastiques, et leurs caractéristiques susceptibles de choix individuels. Les individus ayant dès lors à assumer seuls, davantage que par le passé, les risques de l’existence qu’ils pouvaient, avant, transférer à la collectivité.

Où et quand ?

Mercredi 30 janvier à 12h30
12, Rue Charles VI
1210 Bruxelles

Amenez votre sandwich !

Renseignements : mathilde.collin@etopia.be


©©