etopia
Crise politique
Pour que le jeu de dupes ne tourne pas au jeu de massacre
 
agendaDécembre 2007
 
 
 
 
 
Autres articles
Sagesse ancestrale pour société d’aujourdhui ?
Pouvoir, la politique et le chocolat
La première #NuitDebout de Bruxelles
Migrant, toi-même !
ECOLAB - Climat
Comment réconcilier logement, cadre de vie et agriculture ?
Une colocation conviviale et juridiquement sûre ?
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
La tentation irresponsable d’un pseudo-libéralisme illimité
Les relations Iran / Arabie Saoudite
Docteur Lee ou Mister Loup (dans la bergerie) ?
Intervenir en Syrie. Les éléments du débat
L’État de barbarie
Le principe de réalité
La fabrication standardisée des économistes
rubrique
 
mots
 
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

On ne peut pas expliquer l’état catastrophique dans lequel les partenaires de la calamiteuse ex futur orange bleue ont plongé le pays si l’on ne tient pas compte de l’enjeu de la prochaine échéance électorale. En effet, sans même évoquer la forte probabilité d’assister en 2009 à des élections générales (c’est-à-dire à tous les niveaux de pouvoir), la plupart des partis sont obnubilés par leur score aux prochaines élections régionales et par la préservation de leur capacité à faire partie d’un maximum de gouvernements.

Pas d’angélisme : le souci des écologistes est évidemment aussi de réaliser un bon score aux prochaines élections, et si nous voulons légitimement réaliser une partie de nos objectifs et participer aux choix politiques pour peser sur le cours des choses, gouverner est une ambition légitime !

Mais à l’inverse de l’attitude obsessionnelle de beaucoup d’autres, cela ne peut pas se faire pour nous sur le dos des citoyens ni sur celui de la Belgique et de son avenir. Or, si nos institutions sont aujourd’hui suspendues dans le vide, ce n’est pas comme le décrète le cartel CD&V - NVA parce la Belgique serait devenue ingouvernable, mais bien parce qu’ils ne veulent plus gouverner cette Belgique-là. Pire : pour la plupart des partis traditionnels, il est hors de question de résoudre aujourd’hui la crise fédérale s’ils n’obtiennent pas la garantie que leur implication aujourd’hui sera payée en retour demain par une participation gouvernementale régionale. Ainsi, face au gouffre que la plupart de ces partis ont eux mêmes rendu béant, c’est d’un jeu de dupes dont le pays et ses habitants continuent envers et contre tout d’être l’otage.

Depuis septembre, les écologistes ont dénoncé clairement un autre jeu de dupes : la présence au sein de l’orange bleue de la Nva. Il nous paraissait paradoxal et absurde si pas suicidaire d’impliquer dans une négociation fédérale un parti dont le seul objectif est de détruire l’Etat fédéral. Désormais, il est grand temps, si on veut éviter que la population se distancie de façon durable et structurelle de ses représentants, de mettre fin à ces jeux de dupes. Que chacun prenne enfin ses responsabilités pour éviter qu’aux jeux de dupes ne succède un jeu de massacre pour la démocratie.

Nos dernières publications

Slow Food : où en est l’agriculture wallonne ?
Un étude fouillée de Laurence Lambert, étopia.
La Wallonie cultive l’image d’une terre gourmande, riche de traditions et de savoir-faire gastronomiques. Bières, pralines et chocolats, spéculoos et fromages sont autant de produits reconnus chez nous comme à l’étranger. Recettes traditionnelles, spécialités pâtissières, produits de biscuiterie, salaisons et charcuteries sont présents sur nos tables quotidiennes ou festives. Nos chefs étoilés n’ont bien souvent rien à envier à leurs collègues de France, un pays pourtant porté au pinacle par les gastronomes. Mais aujourd’hui, quel lien subsiste-t-il entre l’agriculture wallonne et les spécialités culinaires et gastronomiques que nous produisons ? Notre agriculture en fournit-elle les matières premières ? Est-elle capable de répondre aux préoccupations d’une nourriture « bonne, juste et propre », comme le préconise le mouvement Slow Food ? Ou au contraire, s’est-elle enfoncée dans la voie de l’uniformisation, de la spécialisation et de la monoculture pour répondre aux seuls objectifs de productivité et de compétitivité ? Tente-t-elle de préserver la richesse des espèces animales et végétales ? Enfin est-elle capable de rémunérer correctement les producteurs ? Lire l’article.

Note de lecture : La densité des villes
Les ouvrages "Habitat et formes urbaines - Densités comparées et tendances d’évolution en France" et "DBook - Density, Data, Diagrams, Dwellings", lus par Benoît Moritz, chercheur-associé à Etopia.
Lire l’article.

Et voici enfin on line une série de textes publiés fin 2006 dans la revue Etopia n°2 :

L’architecture après le pétrole... La « maison passive », ou l’opportunité d’affranchir l’architecture des énergies conventionnelles.
Un texte de Benoît Thielemans.
Lire l’article.

Par-delà le oui et le non, construire la démocratie européenne
Par Guillaume Durand.
Lire l’article.

De l’ambition pour l’Europe
Un texte de Pascal Lefèvre.
Lire l’article.

Pistes vertes pour relancer le projet européen
Un texte de Pierre Jonckheer, député au parlement européen, Verts/Ale.
Lire l’article.

Harmonisation européenne de l’enseignement et démocratie
John Pitseys.
Lire l’article

Et issue des REE et de la revue Etopia n°1 :

Avenir de l’écologie, écologie de l’avenir
Retranscription d’une conférence d’Alain Lipietz aux Rencontres écologiques d’Eté 2005.
Lire l’article.


©©