etopia
Jeudi 29 novembre à 20h : Cyclocity, tremplin pour une autre mobilité ou pour l’entreprise publicitaire ?
 
agendaNovembre 2007
 
 
 
 
 
Autres articles
La nature, combien ça coûte ? Pourquoi l’écologie n’est pas l’ennemie de l’économie
Football : divertissement de masse ou véritable outil de cohésion sociale ?
Jeudi 8 mai, baradéba : Quels sont les enjeux politiques et environnementaux de la mobilité à Bruxelles ?
Jeudi 10 avril à 20h, Baradéba : Pologne, Royaume-Uni, Turquie : intégration ou désintégration européenne ?
Jeudi 13 mars à 20h, Baradéba : Le droit de propriété apporte-t-il plus ou moins de justice ?
Jeudi 14 février, 20h00, Baradéba : La véritable égalité est-elle souhaitable ?
Jeudi 10 janvier à 20h, Baradéba : Comment réduire la pauvreté dans les pays en développement ?
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
Tous artistes grâce à internet ?
Faisons-nous trop d’enfants ?
Vers une marchandisation du corps ?
Les régimes nous bouffent-ils ?
Comment protéger notre économie locale ?
Les jeux vidéo rendent-ils violent ?
La religion a-t-elle son mot à dire sur tout ?
rubrique
 
mots
 
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 
Jeudi 29/11 de 20h à 22h au café « Au verre d’eau » à « La Barrière de Saint-Gilles », ch. D’Alsemberg n°5 à 1060 Bruxelles

Les parcs de vélos mis à la disposition du public par des firmes multinationales, en particulier Cyclocity à Bruxelles géré par JC Decaux – sont loin de faire l’unanimité.

Cependant, les critiques ne portent pas toutes sur les mêmes aspects : certains, se basant sur le succès du système parisien, y voient les prémices d’un développement cycliste de grande envergure à Bruxelles, moyennant la résolution de problèmes « techniques » (lourdeur des vélos, choix des emplacements des bornes) et/ou la conclusion d’accords politiques satisfaisants, d’autres dénoncent le principe même d’un système de financement qui fait la part belle à la publicité en ville, ce secteur étant en outre fortement dépendant des firmes automobiles, ainsi que la méthode employée par les pouvoirs publics pour susciter l’utilisation du vélo et les les risques d’atteintes à la vie privée que représente le fait de confier à une société privée un tel instrument de surveillance, capable de localiser une partie des déplacements quotidiens de milliers de personnes.

Discussion en présence de :

  • Alain Vandenplas, chargé du dossier au cabinet du Ministre Pascal Smet (Mobilité et travaux publics)
  • un représentant du GRACQ (Groupe de recherche et d’action des cyclistes au quotidien)
  • François Schreuer, journaliste et militant anti-pub.

Nos articles sur ce sujet :


©©