etopia
Publication des Facultés universitaires St Louis, 2006
Note de lecture : "L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs", de Lionel Thelen
 
 
Autres articles
La Nature à l’épreuve de l’anthropologie
La perversion ordinaire. Vivre ensemble sans autrui
Note de lecture : "L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs", de Lionel Thelen
Le sens du progrès, de P.-A. TAGUIEFF
 
agenda
Notes, traductions…

Vous trouverez ici des republications d’articles essentiels à nos yeux, de textes provenant de la presse allemande ou anglo-saxone, peu accessibles à notre espace public et traduit en français par nos soins. Et des notes de lecture rédigées par les chercheurs-associés d’étopia.

Derniers articles de cette rubrique
Ecolo. La démocratie comme projet. De Benoît Lechat
La politique et le bonheur  ?
Désamorcer l’islam radical
La réinvention du monde
65 MESURES POUR L’ECONOMIE COLLABORATIVE
Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous
Manifeste convivialiste
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
Note de lecture : "L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs", de Lionel Thelen
Effondrement : Comment les sociétés choisissent d’échouer ou de survivre
publications - Analyses
L’Homme est-il bon ? Une critique écologiste de la dissociété néolibérale
publications - Philosophie de la Nature
La Nature à l’épreuve de l’anthropologie
publications - Partie 4 : Points de vue philosophiques sur l’écologie contemporaine
Le sacrifice de la nature
publications - Notes, traductions…
Note de lecture : "L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs", de Lionel Thelen
publications - Analyses
Peut-on vraiment « choisir ses pauvres » ?
Plan froid bruxellois et lutte contre l’exclusion sociale
publications - Etudes
Stratégies de Réduction de la Pauvreté : Le nouvel oecuménisme du développement international
publications - Notes, traductions…
Note de lecture : "L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs", de Lionel Thelen
publications - Analyses
Plan froid bruxellois et lutte contre l’exclusion sociale
publications - Etudes
Changer la donne sociale. Mieux comprendre les personnes en grande précarité afin de leur donner une liberté réelle
publications - Notes, traductions…
Note de lecture : "L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs", de Lionel Thelen
publications - Analyses
Plan froid bruxellois et lutte contre l’exclusion sociale
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Par Bernard De Backer, chercheur-associé à étopia.

Avant-propos

Dans un ouvrage dense et parfois poignant, combinant diverses approches en sciences sociales - dont des phases d’immersion « participante » sur le terrain - Lionel Thelen nous décrit la réalité des sans-abri de longue durée . Ceci sur trois territoires : Lisbonne, Paris et Belgique (Bruxelles et Verviers). Il analyse également les dispositifs d’aide et d’accueil des personnes sans domicile, du sinistre CHAPSA de Nanterre (décrit par Patrick Declerck dans « Les naufragés ») à certaines maisons d’accueil lisboètes et belges, en passant par des dispositifs d’aide de jour ou ambulatoire, comme La Fontaine ou Diogènes à Bruxelles.
On se gardera bien de tenter de résumer ce livre de 300 pages (version abrégée d’une thèse doctorale) dont certaines particulièrement touffues d’un point de vue théorique ou humainement très perturbantes. Difficile, en effet, de lire le descriptif de l’expérience de sans-abri à Lisbonne ou au CHAPSA du CASH (Nanterre) de Thelen sans avoir l’estomac noué par autant de violence et de cruauté.

Le livre se présente sous la forme d’un triptyque, comportant en son centre les chapitres consacrés aux six « terrains » étudiés et vécus par l’auteur dans trois pays (France, Portugal, Belgique), précédés d’une partie méthodologique et théorique, suivies d’un développement de la thèse centrale sur « l’exil de soi ». L’étude de terrain dans une approche transnationale constitue bien le cœur de l’ouvrage, et le lecteur pourrait s’y rapporter directement pour avoir une idée plus concrète des réalités évoquées, puis lire les deux autres pans du triptyque.

Précisons que l’objet principal est d’analyser le commun dénominateur qui lie les personnes clochardisées : « la désocialisation aiguë », aboutissant à une véritable « dépersonnalisation » et « désubjectivation », d’où le titre de l’ouvrage.

Sommaire

  1. La rue habite le sans-abri et non l’inverse
  2. Paris : l’urgence
  3. Lisbonne : clochards, immigrés pauvres et exilés ruraux
  4. Belgique : de Diogènes à Marie-Louise
  5. Déni des autres, exil de soi

©©