etopia
Jeudi 1er février 2007
Un nouvel âge de l’écologie politique : débat autour d’une proposition de Manifeste pour les années 2007-2009
 
agendaJanvier 2007
 
 
 
 
 
Autres articles
La nature, combien ça coûte ? Pourquoi l’écologie n’est pas l’ennemie de l’économie
Football : divertissement de masse ou véritable outil de cohésion sociale ?
Jeudi 8 mai, baradéba : Quels sont les enjeux politiques et environnementaux de la mobilité à Bruxelles ?
Jeudi 10 avril à 20h, Baradéba : Pologne, Royaume-Uni, Turquie : intégration ou désintégration européenne ?
Jeudi 13 mars à 20h, Baradéba : Le droit de propriété apporte-t-il plus ou moins de justice ?
Jeudi 14 février, 20h00, Baradéba : La véritable égalité est-elle souhaitable ?
Jeudi 10 janvier à 20h, Baradéba : Comment réduire la pauvreté dans les pays en développement ?
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
Tous artistes grâce à internet ?
Faisons-nous trop d’enfants ?
Vers une marchandisation du corps ?
Les régimes nous bouffent-ils ?
Comment protéger notre économie locale ?
Les jeux vidéo rendent-ils violent ?
La religion a-t-elle son mot à dire sur tout ?
rubrique
 
mots
 
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Il y a trente ans que les écologistes disent que l’humanité doit changer de progrès, retrouver une autre manière de vivre, de produire et de consommer. A la fois plus sobre, plus gaie et plus conviviale.

Aujourd’hui, d’Al Gore à Nicolas Hulot, tout le monde semble enfin convaincu de l’urgence de l’écologie. Mais parlent-ils vraiment de la même chose que les écologistes ?

Le monde doit changer très vite, très-très vite ? Comment y parvenir ?

Ne devons-nous pas nous replonger dans les racines historiques de l’écologie et en l’occurrence dans la défense de la sphère autonome pour muscler notre engagement ?

Et la sphère autonome, c’est quoi ? Ce n’est ni le marché, ni l’Etat, c’est tout ce que les humains font ensemble en dehors de ces deux sphères (vie associative, entraide, culture gratuite...) et qui ne figure pas dans le PIB...
Le slogan des Verts pour les années 2000 pourrait donc être « pour la croissance de la sphère autonome et la décroissance de l’empreinte écologique ». Oui, mais gare ! On a aussi besoin du marché et de l’Etat pour avoir une bonne sphère autonome.

Mais de combien de marché et de combien d’Etat ?
Invitation est lancée aux écologistes et à tous ceux qui sont intéressés par leurs combats à débattre de l’opportunité d’appuyer leur engagement sur une reprise critique de quelques idées fondatrices de l’écologie politique. Plus prosaïquement, il s’agit également de tenter d’ouvrir de nouvelles perspectives au débat pré-électoral belge en effectuant des liens entre les enjeux institutionnels et écologiques. La thèse avancée est que les écologistes peuvent apporter une contribution décisive à la résolution des défis de l’heure. Non seulement parce que l’urgence climatique commence enfin à être reconnue. Mais également parce que ce qui fait la spécificité de l’écologie politique depuis sa genèse dans la seconde moitié du XXème siècle peut nous aider à comprendre et appliquer le « nouveau réalisme » qu’impose cette urgence.

Avec Benoit Lechat auteur du texte : « Pour un Nouvel Age de l’Ecologie Politique, Manifeste pour les Années 2007-2009 »
et Benoît Hellings, politologue.

Animation : Viviane Laroy

Le Jeudi 1er février à 20h00, au BARADEBA, 30 rue du Pont-Neuf à 1000 Bruxelles.

Personne de contact Viviane Laroy, info@etopia.be, 02/218 09 02.

(org. : Régionale ECOLO de Bruxelles et étopia, centre d’animation et de recherche en écologie politique)


©©