etopia
Invitation au débat
Pour un nouvel âge de l’écologie politique
 
agendaDécembre 2006
 
 
 
 
 
Benoît Lechat †

Né à Eupen en 1960, Benoît Lechat a été au Groupement des Jeunes Protecteurs de la Nature (GJPN) à la fin des années ’70 avant de faire des études de philosophie et de journalisme. Après avoir couvert l’actualité sociale à l’Agence Belga pendant les années ’90 et notamment les mouvements des enseignants et des étudiants, il a rejoint l’équipe d’Isabelle Durant au Ministère fédéral de la Mobilité et ensuite Etopia en 2004. Il publie régulièrement dans la Revue Nouvelle des articles consacrés à la politique et aux médias belges.

Il est responsable des publications chez Etopia, membre du Conseil scientifique de la Fondation de l’Ecologie Politique et rédacteur en chef du Green European Journal

Benoît est décédé le 8 janvier 2015

Autres articles
Le climat pour le changement
Ecolo, la démocratie comme projet
Ecolo, la démocratie comme projet - Partie 2
Ecolo, la démocratie comme projet - Partie 1
Quelles archives pour quelle galaxie verte ?
Avons-nous besoin d’un républicanisme vert ?
Cet été dans le Green European Journal
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
La tentation irresponsable d’un pseudo-libéralisme illimité
Les relations Iran / Arabie Saoudite
Docteur Lee ou Mister Loup (dans la bergerie) ?
Intervenir en Syrie. Les éléments du débat
L’État de barbarie
Le principe de réalité
La fabrication standardisée des économistes
rubrique
 
mots
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Le choc pétrolier de 2006 et l’urgence climatique enfin reconnue nous ramènent à l’origine de l’écologie politique, au tournant des années ‘70. Entre les deux moments historiques, il y a plus qu’une analogie, une incitation à retourner aux fondements d’un nouveau courant politique. Non pour les répéter pieusement, mais pour les reprendre de manière critique et adaptée aux défis contemporains.

Alors qu’il n’y pas si longtemps, les écologistes se faisaient traiter d’ayatollahs verts quand ils rappelaient les limites de la croissance, aujourd’hui presque tout l’establishment politico-économique commence à les intégrer dans ses discours.

« On vous l’avait bien dit ? » Non. L’heure n’est pas aux règlements de comptes. Mais aux rapides passages de la parole aux actes, à la construction des coalitions les plus larges.

Il s’agit de prendre au mot tous ceux qui sortent du film d’Al Gore et qui se posent la question du « Que faire ? » en les invitant non seulement à agir très rapidement dans leur vie quotidienne mais aussi à remettre en question une série de certitudes sur lesquelles nos sociétés et les idéologies classiques se sont construites.

L’écologie politique, ce n’est pas le socialisme ou le libéralisme « plus » l’environnement. C’est une critique radicale (à la racine) de la société industrielle, de la surconsommation et du productivisme que défendent encore le socialisme, le libéralisme et les chrétiens-démocrates.

L’écologie politique, ce n’est pas seulement la défense de l’environnement et la solidarité au cube, avec tous les habitants actuels et futurs de la planète. C’est aussi la promotion de la sphère autonome, à savoir de toutes les activités que mènent les individus en dehors du marché et de l’Etat.

Cela ne veut pas dire que les écologistes doivent être contre le marché et l’Etat. Cela signifie qu’ils veulent promouvoir les relations de coopération gratuite entre les êtres humains et qu’ils ne veulent pas laisser toutes les relations humaines dominées par des logiques étatiques ou marchandes.

Leur conviction, c’est que sans une stricte régulation, le marché, l’Etat et la technique maltraitent autant la nature que les êtres humains.

Avec tous ceux, écologistes ou non, qui prennent conscience des défis, il faut s’engager résolument dans la réforme de nos économies et dans la démocratisation de nos sociétés.

L’écologisation du capitalisme se jugera sur sa capacité à réellement réduire l’empreinte écologique de nos sociétés tout en augmentant la justice, la qualité de vie et ce qu’on appelle tout simplement, la convivialité.

Table des matières :

1. Trente ans de réflexion
2. Un nouveau réalisme, ça veut dire quoi ?
3. Un défi pour les démocraties européennes
4. Le retour de l’écologie politique
5. L’écologie, la gauche et les deux redistributions
6. Les critères d’une économie de marché écologiquement et socialement régulée
7. Les écologistes et l’avenir de la Belgique
8. Les écologistes et l’avenir de la Wallonie et de Bruxelles
9. Une quintuple modernisation
10. Conclusion provisoire

LIRE LE TEXTE COMPLET CI-JOINT EN FORMAT PDF


©©