etopia
Des certificats verts pour l’incinération : une fausse bonne idée
 
 
Autres articles
L’économie wallonne se met (trop lentement) au vert
Des certificats verts pour l’incinération : une fausse bonne idée
Emploi : le « miracle » danois est-il transposable en Belgique ?
L’économie verte, avenir de l’économie wallonne
La situation de l’emploi en Wallonie
 
Derniers articles de cette rubrique
Intelligence artificielle forte : Enjeux, espoirs et risques
Le retour des mines en Europe, une réalité ?
Le blé bientôt fauché, le liquide bientôt liquidé, un monde nouveau est-il né ?
Commerce et environnement, frères ennemis ?
Initiative populaire et démocratie radicale
Démocratie radicale et choix budgétaires.
Forêts wallonnes : Mise en lumière des enjeux de la privatisation
rubrique
 
mots
publications - Analyses
Gestion des déchets ménagers à Bruxelles et en Wallonie :
Obsolescence manifestement abusive : à réprimer !
Des certificats verts pour l’incinération : une fausse bonne idée
La biométhanisation des déchets ménagers : vers une modernisation écologique de la gestion des déchets ? L’exemple de la Povince de Namur et de la commune d’Assesse
débats - colloques
Le lien entre la collecte, la tarification et la quantité de déchets ménagers
débats - relai d’événements
Penser la ville durable comme un écosystème
publications - Analyses
Comparaison des prix des sources d’électricité par rapport au nucléaire
Les éoliennes réduisent les émissions de CO2 : réponse à ceux qui en doutent
Des certificats verts pour l’incinération : une fausse bonne idée
La politique énergétique et le secteur nucléaire en Belgique : état des lieux
publications - Analyses
Des certificats verts pour l’incinération : une fausse bonne idée
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Par Christian Delcourt, Conseiller politique à Ecolo et chercheur-associé à étopia.

Pour lire le texte en entier, téléchargez le document pdf ci-joint.

1. Introduction

Le mécanisme des certificats verts a été développé pour soutenir la production d’électricité verte. Il a été mis en place en Région wallonne par José Daras et il est également opérationnel en Région de Bruxelles-Capitale. Le principe de base est simple : il consiste à délivrer aux producteurs d’électricité verte des certificats verts,
avec une obligation faite aux fournisseurs d’acquérir un quota minimum de certificats verts, calculé sur leur vente totale d’électricité. Si un fournisseur ne satisfait pas à l’obligation de production d’électricité verte, il doit alors payer une amende. Ce mécanisme conduit donc à la création d’un « marché des certificats verts » et fait en sorte de rendre le coût de la production d’électricité verte compétitif par rapport aux sources non renouvelables. Cela garantit également qu’une proportion déterminée de l’électricité régionale est produite au départ de sources renouvelables.

Donnent donc droit à des certificats verts : l’électricité produite au départ de la biomasse, de l’hydraulique, de l’éolien, de la cogénération.

Une offensive socialiste est menée pour étendre le champ d’application des certificats verts. En Région wallonne, les députés socialistes Pierre Wacquier et Robert Meureau ont déposé une proposition de décret pour reconnaître l’incinération des déchets ménagers comme source d’électricité verte. Dans sa décision du 30 mars 2006 sur la
gestion des déchets, le gouvernement wallon a rejeté cette proposition. A Bruxelles, la volonté de certains d’accorder des certificats verts à Electrabel (centrale électrique couplée à l’incinérateur de Neder-over-Heembeek) est évidente.

(...)


©©