etopia
La politique énergétique belge ? Salut en de kost
 
 
Eric Biérin
Prof de français et d’histoire dans l’enseignement secondaire puis chercheur à l’Université de Liège en socio-économie des médias, Eric est devenu responsable de la communication d’ECOLO en 1992, une communication qu’il a largement contribué à professionnaliser. Devenu ensuite porte-parole d’Olivier Deleuze quand il était membre du gouvernement fédéral, il a été responsable de la stratégie de communication d’ECOLO et d’etopia pendant plus de dix ans.
Autres articles
Quand de vrais citoyens balaient une fausse démocratie
Nucléaire, l’énergie idéale d’un monde qui ne s’aime pas
Et maintenant ? Ecolo après le 7 juin…
Au carrefour de toutes les crises, la politique joue sa peau
La lucidité, une valeur de gauche
La politique énergétique belge ? Salut en de kost
Non au Traité, Viva la Muerte ?
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
Forêts wallonnes : Mise en lumière des enjeux de la privatisation
Vers des Partenariats Publics-Communs
Automatisation de l’emploi : Perspectives et stratégies
Citoyens + ordinateurs = E-democratie ?
L’usage du Big data et la puissance inédite du ciblage dans la campagne américaine.
Sapiens : une histoire écologique de l’humanité
Les élections présidentielles en Iran : un scrutin aux enjeux multiples
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
Stratégies pour un changement
L’empreinte écologique de Google exposée
L’Europe aurait-elle à faire le choix cornélien entre nucléaire et énergies fossiles ?
publications - Analyses
Chine-climat : les dessous d’une politique énergétique balbutiante
Nucléaire : fausse solution, vrai problème
La politique énergétique belge ? Salut en de kost
Une politique durable de l’énergie au niveau communal :
publications - Notes, traductions…
Les mythes de l’énergie nucléaire
publications - Analyses
La politique énergétique belge ? Salut en de kost
 
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Depuis plusieurs mois et de façon spectaculaire, le dossier énergétique marque les esprits, sauf apparemment ceux qui composent le gouvernement Verhofstadt II ; l’état répété de catalepsie dans lequel les plonge le dossier Electrable frise la haute trahison.

Guerre en Irak, dégradation climatique, pics d’ozone ou de particules, flambée du prix du brut, chèques mazout, bénéfices faramineux du secteur pétrolier et on en passe : le défi énergétique est devenu un enjeu central pour nos sociétés, que ce soit dans ses dimensions économiques, sociales, environnementales ou politiques, d’autant plus que la mondialisation accroît l’interdépendance énergétique à l’ensemble de la planète et rend toujours plus visible un nouvel apartheid dans l’accessibilité à l’énergie.

Il s’agit d’une question politique absolument majeure mais sa technicité et son ampleur en rendent les termes peu clairs, dans un débat public qui reste largement à construire. Chacun perçoit un peu confusément qu’il serait bien urgent d’agir mais qu’il est tout aussi difficile d’élaborer une vision globale et cohérente. Face à l’ampleur des enjeux, c’est bien entendu une politique et une stratégique énergétiques à l’échelle du continent qu’il conviendrait d’élaborer. Mais en attendant le consensus européen sur cette question hautement sensible, les Etats et les pouvoirs publics doivent aux citoyens et aux consommateurs de répondre à ce même défi, en se préoccupant à la fois de la sécurité d’approvisionnement, du défi climatique, de la sécurité des personnes, de leur responsabilité vis-à-vis de la planète, des enjeux de la régulation du marché dont ils sont le garant. Bref, l’énergie n’est pas un marché comme un autre : c’est un secteur stratégique qui doit être régulé.

De façon consternante, à ce moment précis où l’évidence explose aux yeux de tous que l’énergie est au cœur même des enjeux structurants de l’avenir, le gouvernement belge décide que le mieux qu’il ait à faire est de laisser les coudées franches au seul secteur privé et à l’État français. Au moment où un homme aussi avisé en affaires que le n°2 de Total, François Cornélis, déclare au sujet de la localisation des centres de décision des grandes entreprises que « l’avenir des centres de décision est essentiel pour les pays » (1), la Belgique ne fait rien d’efficace pour les retenir, le secteur énergétique étant d’ailleurs loin d’être le seul exemple récent.

À part dans l’Italie de Berlusconi, on a rarement assisté à un tel saccage des prérogatives publiques par les responsables politiques eux-mêmes. Et on est obligé de se rendre compte que la plupart de nos capitalistes nationaux n’ont que le patriotisme de leur portefeuille et qu’on dispose d’un gouvernement qui semble se dire « si c’est bon pour eux, c’est bon pour nous ».

La possibilité de mener dans notre pays une politique énergétique avec des préoccupations publiques (tarification, accessibilité, sources d’énergie, etc.) est aujourd’hui largement compromise, et personne n’est en mesure de dire ce que les 4 milliards d’€ provisionnés par les consommateurs belges pour le démantèlement des centrales en fin de vie vont devenir. Les mêmes qui qualifient régulièrement les écologistes d’irresponsables en matière énergétique viennent tout simplement de remettre les clefs de l’avenir énergétique du pays à nos voisins. Ce faisant, ils ont tout bonnement renoncé à représenter les citoyens sur un sujet absolument crucial pour notre avenir commun. Nous dénierons désormais quant à nous la moindre légitimité en la matière à ces irresponsables avérés.

« La civilisation moderne repose sur l’afflux constant d’une quantité imméritée d’énergie dans l’espace de l’entreprise et du vécu », écrit Peter Sloterdijk. Un modèle fondé tout entier sur le gaspillage, auquel le gouvernement belge vient d’apporter sa modeste mais efficace contribution.

Pour etopia,
Eric Biérin

(1) Dans Le Soir des 25 - 26 février 2006. Il y prône d’ailleurs aussi le développement du nucléaire. Nous y reviendrons dans un prochain édito.


©©