etopia
Quelle méthode d’archivage ?
36 ans d’histoire électorale et politique
 
 
Szymon Zareba
Responsable du centre d’archives privées Etopia.
Autres articles
36 ans d’histoire électorale et politique
Etats des Fonds du Centre d’Archives
Les archives orales comme source de mémoire
Les archives de l’écologie passent par un réseau international
International Ecology Archives Network
9 juin : portes ouvertes du centre d’archives d’Etopia
Les archives, un médicament générique pour la démocratie
 
Gauthier Damien

Documentaliste et assistant archiviste. Il est en charge de :

  • gestion du système Alexandrie (suivi et paramétrage, support et formation des utilisateurs,etc)
  • encodages et suivi des encodages externes (assistants parlementaires)
  • recherches documentaires et archivistiques
  • formation ext. (recherche d’informations : méthode et usages)
Autres articles
36 ans d’histoire électorale et politique
Recherches en ligne via notre base de données "Alexandrie"
 
Derniers articles de cette rubrique
L’usage du Big data et la puissance inédite du ciblage dans la campagne américaine.
Sapiens : une histoire écologique de l’humanité
Les élections présidentielles en Iran : un scrutin aux enjeux multiples
Transparence, innovation et bien commun : le package 3 en 1 de l’open data
La transformation écologique de l’économie se précise !
2016 : le début de la fin du néo-libéralisme ?
« Laudato si’ » : le Vatican est-il devenu anti-capitaliste ?
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
La réinvention du monde
Manifeste convivialiste
Sortons du mur ! Pour un nouvel imaginaire politique
Le sens du progrès, de P.-A. TAGUIEFF
L’avenir du capitalisme
Paradoxes verts : diagnostic et orientation en terrain difficile
L’écologie revient
publications - Notes, traductions…
Ecolo. La démocratie comme projet. De Benoît Lechat
publications - Livres
Ecolo, la démocratie comme projet
Générations vertes
Du passé… pour l’avenir : ECOLO, 30 ans d’évolution
publications - Analyses
36 ans d’histoire électorale et politique
Quelles sont les archives des mouvements écologistes et des associations environnementales conservées à Etopia ?
Quelle conservation des sources pour quelle histoire de l’ecologie politique ?
 
mots
Photo
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Le centre d’archives privées Etopia conserve une foule d’archives provenant d’associations environnementales et écologistes, de parlementaires, de ministres et de permanents du parti Ecolo ainsi que les documents personnels de différents militants. [1] Une large variété de documents compose ces archives allant des documents papiers aux fichiers numériques, en passant par des objets, des autocollants et des affiches. Concernant les affiches électorales du parti Ecolo, celles-ci, conservées au centre d’archives Etopia, sont inventoriées, décrites et mises à la disposition du public. Ce travail d’inventaire repose sur une méthodologie qui présente un approche intéressante, tant sur le processus que sur ses perspectives. C’est sur cette approche que la présente analyse va se pencher.

Etopia conserve actuellement près de 900 affiches issues d’une quarantaine de fonds différents. Jusqu’à présent, ces affiches étaient conservées mais difficilement valorisables, n’étant pas inventoriées. En 2015, un premier travail d’identification fut opéré. Les affiches furent classées en fonction de leur appartenance à un fonds, de leur producteur(s), de leur donateur et/ou dépositaire. Ce classement effectué, l’étape suivante a consisté à décrire leur contenu, à les encoder dans le logiciel Alexandrie [2] et ensuite à les numériser pour en faciliter la mise à disposition.

Deux premiers écueils pèsent sur ce travail : le nombre important d’éléments à traiter (900 affiches) et la nécessité de prioriser les informations à encoder dans le logiciel, afin de les rendre pérennes et adaptables aux affiches conservées.

Ce choix d’entamer ce processus par les affiches électorales s’explique pour les raisons suivantes. Tout d’abord, le fonds est facilement identifiable. Ensuite, le contexte de ces affiches est évident puisqu’il s’agit toujours d’élections, dont il suffit de spécifier le niveau de pouvoir et l’année. Ces différents éléments permettent dès lors de se concentrer sur la technicité de la tâche et de le proposer comme travail de fin d’études pour une étudiante en bibliothéconomie et documentation de l’Henallux, Alix Demierbe.

La tâche réalisée débute par le regroupement des affiches par séquences chronologiques. Trois volets sont identifiés : de 1980 à 1998, 1999 (élection historique pour Ecolo) et de 2000 à 2014. Ce tri offre une vue d’ensemble sur la masse des archives qui allaient ensuite faire l’objet d’une description minutieuse. Le catalogage et l’indexation des documents peut dès lors débuter. Celui-ci s’organise autour de l’encodage d’une série de champs qui vont non seulement permettre d’identifier précisément chaque affiche, mais surtout de pouvoir organiser les recherches via la mise en connexion de ces métadonnées [3].

Au préalable, l’étudiante s’est livrée à une analyse de l’existant. Plusieurs affiches ayant été traitées avec le logiciel précédent, la fiche descriptive propre aux affiches existait. La migration des enregistrements fut dès lors organisée vers le nouvel outil, Alexandrie 7. Les données encodées nécessitaient néanmoins un affinage, en plus d’une mise à jour de la fiche descriptive elle-même en fonction des informations spécifiques aux affiches. Un regard critique sur le traitement entamé fut donc réalisé, à travers l’analyse de cette grille de catalogage : quelle information est inscrite dans chaque champ ? Quels champs pourraient potentiellement être modifiés ou renommés ? Y-a-t-il des champs manquants dans la fiche ?

Pour chaque affiche, outre un titre, une date ou encore un format, une description précise est proposée. Une description graphique d’une part, indiquant notamment les couleurs principales, les dessins éventuels et la structure de l’affiche ; et une description textuelle d’autre part, reprenant toutes les indications telles que les slogans, les noms et positions des candidats sur les listes électorales. Précisons que la date n’était pas toujours évidente à identifier, essentiellement pour les affiches les plus anciennes. Pour pallier à ce manque d’information, le recours aux témoignages oraux, d’acteurs ayant connu les périodes concernées, fut une étape nécessaire. Un appel fut par ailleurs lancé via La Quinzaine, périodique à destination des membres et sympathisants du mouvement, pour tenter d’identifier les quelques éléments restants dans le flou.

La particularité de cette collection d’affiches est que celles-ci ne proviennent pas toutes du même fonds, bien que leur producteur d’archives soit identique, en l’occurrence le parti Ecolo. Certaines sont ainsi issues des archives de personnalités liées au parti ou à la mouvance environnementale et ayant donné ou déposé leurs archives à Etopia.

L’intégrité des fonds étant capitale dans le traitement des archives, ce paramètre fut pris en compte tout au long du travail, notamment pour l’élaboration de la cote. [4] Ainsi, chaque cote établie reflète le fonds d’archive auquel l’affiche appartient. Par exemple, les affiches issues du fonds « Papiers José Daras » portent la cote suivante : BE/ETOPIA/PP/ECO/JOD/AFF/n° (« PP » signifiant « papiers de personne », « JOD » étant l’acronyme de José Daras, et « AFF » se rapportant à « affiche »).

Toutes les autres affiches provenant du fonds « Collection des affiches d’Ecolo et d’associations environnementales « portent quant à elles l’indication du niveau de pouvoir de l’élection dans leur cote, ex : BE/ETOPIA/COLL/AFF/FED/2003/n° (« FED/2003 » indique dans ce cas qu’il s’agit de l’élection fédérale de 2003).

Vient alors une étape essentielle dans la valorisation du contenu ciblé : la numérisation. A ce stade, Etopia n’étant pas équipé de scanners permettant de numériser de tels formats, le travail s’est fait grâce à un appareil photo [5] stabilisé sur un support et déclenché à distance par ordinateur. Malgré le caractère quelque peu « artisanal » de la manipulation, les images obtenues furent tout à fait exploitables et ont pu être intégrées à chaque fiche descriptive.

Une fois décrites et numérisées individuellement, les affiches ont à nouveau été rangées dans leur meuble [6], dans de bonnes conditions de conservation, en attendant d’autres dons éventuels qui pourront compléter cette collection déjà très riche.

Derrière ce travail colossal de description, ce sont désormais de nombreuses possibilités de recherche qui s’offrent aux chercheurs, aux mémorants ou plus largement à toute personne intéressée par ce type d’archives. Ainsi, à partir du portail Alexandrie, les différentes clés de recherche proposées (date, niveau de pouvoir, etc.) permettent à l’utilisateur de soumettre des requêtes précises, pour par exemple rechercher jusqu’au nom d’un candidat à une élection spécifique. Mieux encore, l’outil offre la possibilité de rebondir d’un enregistrement à l’autre et de naviguer dans l’ensemble des affiches électorales traitées, ce qui représente pas moins de 330 pièces.

Ces affiches présentent un double intérêt. Outre un intérêt historique et patrimonial évident, l’analyse de ces sources montre l’évolution du message politique porté par Ecolo. Cette évolution se remarque tant par les slogans, que par le graphisme. Les premières années, aucun visage n’apparaît, c’est le message qui domine. On y retrouve aussi une partie de l’histoire politique de la Belgique, les références aux différentes réformes de l’état ou aux crises gouvernementales en sont des exemples. Les enjeux écologistes sont évidemment également présents comme la catastrophe de Tchernobyl en 1986 ou la conférence de Rio en 1992. Ces quelques exemples d’études ne demandent qu’à être approfondis. Par ailleurs, ces archives offrent certainement d’autres angles d’analyses.

L’excellent travail réalisé par Alix Demierbe, supervisé par Gauthier Damien et toute l’équipe du centre de documentation et d’archives Etopia permet de mettre à disposition ce fonds au grand public. Outre cette valorisation externe, la méthode de classement développée va nous permettre de réaliser un travail de numérisation semblable pour d’autres types de documents et ressources visuelles. Le travail réalisé présente donc à la fois un intérêt endogène et exogène à partager.

[1Voir à ce titre notre état des fonds : Annette Hendrick, Szymon Zareba, États des fonds du centre d’archives, Namur, Etopia, 2015, [en ligne], http://www.etopia.be/spip.php?article2197.

[3Données décrivant le contexte, le contenu et la structure des documents ainsi que leur gestion dans

le temps. (source : Portail International Archivistique Francophone, http://www.piaf-archives.org)

[4Définie par le Portail International Archivistique Francophone comme l’ «  Ensemble de symboles (lettres, chiffres, signes) identifiant chaque document ou article à des fins de classement ou de rangement ».

[5L’appareil photo est un Canon 450D, exploité avec le logiciel EOS Utility

[6Pour assurer la meilleur conservation, les affiches sont déposées à plat dans un meuble à tiroir. Pour une plus grande facilité d’utilisation, elles sont rangées par fonds.


©©