etopia
Analyse 2005/18
Introduction à la systémique
 
 
Grard Pirotton
Animateur du groupe de travail formation d’Ecolo
Autres articles
BIOPTIMISTE, MON ÉPICERIE BIO !
Sortir du nucléaire :
Eléments d’animation de réunions
Discussions-tapas : Quelles analyses politologiques pour ce début de XXIème siècle ?
Introduction à la systémique
 
Derniers articles de cette rubrique
Les représentations iconographiques du développement durable dans la littérature scientifique : entre difficultés et intérêts
Demain, la robotisation heureuse ?
L’Iran en transition
5 ans après : des Révolutions Arabes à Daesh ?
Ecologie industrielle en Wallonie
Qui sont ces Belges partis combattre en Syrie ?
Ecolo, la démocratie comme projet - Partie 2
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
La réinvention du monde
Manifeste convivialiste
Sortons du mur ! Pour un nouvel imaginaire politique
Le sens du progrès, de P.-A. TAGUIEFF
L’avenir du capitalisme
Paradoxes verts : diagnostic et orientation en terrain difficile
L’écologie revient
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Gérard Pirotton est chercheur-associé à étopia et coordinateur du GT Formation

Boîte à outils conceptuels pour aider la réflexion, la formation et l’action des écologistes et de tous ceux qui sont tentés par une compréhension globale de la complexité.

1 Introduction et mise en garde

Ainsi que le souligne Alain Lipietz, l’écologie politique est forcément marquée par le contexte intellectuel dans lequel elle a émergé : approches systémiques, complexité, l’auto-organisation,... Se familiariser à ces concepts scientifiques est donc aussi une manière d’approcher l’écologie politique.

Mais attention, les approches systémiques ne peuvent se résumer à une simple liste de concepts. Une liste de définitions ne peut suffire à restituer l’originalité, la spécificité, la portée de ces manières de penser...

Osons une comparaison : la présentation des gouges, des ciseaux et des maillets dont se sert un ébéniste ne peut suffire à rendre compte de cette discipline.

Cette comparaison peut paraître légère : à la réflexion pourtant, elle s’avère beaucoup moins superficielle qu’il ne peut y paraître, au premier abord. Elle évoque par exemple un métier qui, par sa dimension artisanale, résiste à la standardisation ou à la systématisation. Cette dimension artisanale suscite aussi l’image d’un savoir-faire, quasi mystérieux, acquis au prix de l’expérience et d’un long apprentissage. Outre l’image des copeaux de bois qui volent ou du contact avec la matière et des senteurs de bois divers, elle suggère enfin, du moins dans son acception quasi mythique, une relation de maître à apprenti, voire à disciple, une relation au sein de laquelle ce dernier peut être guidé, telle une initiation, vers une compétence qui s’apparenterait davantage à l’art qu’à la seule maîtrise d’un savoir-faire technique.
C’est pourquoi les concepts ici expliqués sont seulement proposés dans la perspective d’aider à construire les processus de tous ceux qui voudront s’en emparer pour entamer des formations voire des actions inspirées par une compréhension écologique, voire éco-systémique de la complexité du monde.

Pour lire l’article en entier, téléchargez-le en pdf.

Table des matières de cet article

1 Introduction et mise en garde

2 Éléments d’histoire

3 Définitions
3.1 Totalité, non-sommativité
3.2 Finalité
3.3 Equifinalité

4 Système ouvert, système fermé
4.1 Rétroaction
4.2 Homéostasie
4.3 Information
4.4 Entropie et néguentropie
4.5 Environnement et flux

5 Description d’un système
5.1 Modélisation
5.2 Modus operandi

6 Approches systémique et/ou analytique

7 Considérations épistémologiques

8 Bibliographie
8.1 Avertissement
8.2 Pour celles ou ceux qui sont familiarisés à l’anglais
8.3 Références en français (quelquefois, traduction de l’anglo-américain)
8.4 Ouvrages dont la lecture peut être recommandée.


©©