etopia
Interview de Joschka Fischer au lendemain des élections fédérales allemandes
 
 
Autres articles
Interview de Joschka Fischer au lendemain des élections fédérales allemandes
 
agenda
Notes, traductions…

Vous trouverez ici des republications d’articles essentiels à nos yeux, de textes provenant de la presse allemande ou anglo-saxone, peu accessibles à notre espace public et traduit en français par nos soins. Et des notes de lecture rédigées par les chercheurs-associés d’étopia.

Derniers articles de cette rubrique
Ecolo. La démocratie comme projet. De Benoît Lechat
La politique et le bonheur  ?
Désamorcer l’islam radical
La réinvention du monde
65 MESURES POUR L’ECONOMIE COLLABORATIVE
Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous
Manifeste convivialiste
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
Interview de Joschka Fischer au lendemain des élections fédérales allemandes
publications - Analyses
L’inactualité des partis politiques
Vers plus de justice et d’égalité
Les administrateurs publics et le piège de la double loyauté
Mai 68 en Belgique : la brèche éclatéee
Conséquences des législatives 2007 sur les partis flamands
L’écologie politique, alternative à l’écologie canada dry : Huit bonnes raisons pour des partis écologistes forts
publications - Notes, traductions…
Die Grünen - un nouveau parti populaire ?
Paradoxes verts : diagnostic et orientation en terrain difficile
Interview de Joschka Fischer au lendemain des élections fédérales allemandes
publications - Revue Etopia 5
MANIFESTO ! A Green New Deal for Europe
Charte des Verts Européens : Lignes directrices du Parti Vert européen
publications - Analyses
Ecologie : la révolution parallèle est en marche
CONGRÈS DES GRÜNEN À FRIBOURG
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Sur la politique, l’avenir de la gauche et l’écologie. Interview de Joschka Fischer au lendemain des élections fédérales allemandes, publié dans le Tageszeitung du 23/09/2005. Traduction libre par Louis Wyckmans pour étopia.

Le 18 septembre 2005, les Verts allemands recueillaient 8,1 pc des suffrages aux élections fédérales. Voici une longue interview de la figure de proue des Grünen, Joschka Fischer, réalisée avant la conclusion d’un accord de gouvernement entre les chrétiens démocrates et les sociaux-démocrates. Il y livre ses réflexions sur l’épisode rouge/vert en Allemagne et sur la gauche et l’avenir de l’écologie politique.

TAZ - C’est assez conforme au « mythe Joschka Fischer » de voir tout le monde s’interroger sur la vraie signification de votre semi « mise à la retraite ». Alors, cela veut dire quoi ?

J.F. Rien de mystérieux. Nous venons de vivre une césure. Il n’est maintenant plus possible dans notre pays de former une majorité rouge/verte, pas plus qu’une majorité conservatrice/bourgeoise d’ailleurs. On se prépare selon toute vraisemblance à la formation d’une grande coalition. Maintenant, j’ai 57 ans. Pendant 20 ans j’ai été en première ligne dans le parti, dans le groupe parlementaire et au gouvernement et simplement je m’interroge « As-tu encore le temps et l’énergie pour porter l’opposition des Verts au Parlement ? »

TAZ - Et c’est quoi la réponse ?

Je me suis dit : « Ou bien tu t’accroches et ils vont te « sortir » un jour ou l’autre parce qu’ils en auront marre de ta tête (ou, autre hypothèse, tu sortiras de l’hémicycle les pieds devant) ou bien tu choisis le bon moment pour te retirer. » La première option n’est pas gaie et je choisis la retraite.

TAZ - C’est une décision politique ou est-ce une décision d’ordre privé ?

On ne sait pas faire cette distinction ; c’est tant l’une que l’autre.

TAZ - Mardi dernier en réunion de groupe parlementaire vous avez dit : « Il y a vingt ans j’ai échangé ma liberté personnelle pour exercer le pouvoir. Maintenant je veux récupérer ma liberté. » Pourquoi ? La politique, ce fut douloureux ?

Oui.

TAZ - Même pour vous, qui personnifiez « la » machine de lutte politique ?

Quand on est au pouvoir, quand on veut mettre en œuvre une politique, on doit tenir compte d’impératifs, de contraintes. On en paie le prix. Il y a sans doute des gens qui peuvent supporter mieux que moi cette tension. Comprenez-moi bien, j’ai eu une période de vie passionnante, j’ai adoré, j’ai toujours été intéressé par la politique, mais maintenant c’est « time ». L’aspect censé être le plus séduisant de la vie publique - les privilèges, les gardes du corps, les limousines - ne me fait vraiment pas défaut.

TAZ - On peut interpréter votre position en retrait de diverses manières. La première c’est de dire : Fischer est un réaliste ; il est bien conscient que les Verts vont être dans l’opposition et il préfère laisser gérer par d’autres ce changement de statut.

Ce n’est pas que je préfère passer la main. Je dois le faire. Les Verts ce n’est pas le parti de Fischer, même si j’y ai exercé une influence non négligeable. En 2002, nous avons réussi à sortir de notre enfermement générationnel. Maintenant, une fois encore, un chapitre nouveau commence. Le chapitre rouge/vert, écrit par ma génération, est irrévocablement clos. Le chapitre suivant sera écrit par des plus jeunes, les moins de 40 ans. Penser qu’il me faut leur léguer quelque chose est absurde. Je suis moi ; j’ai mon historicité, si je puis dire, c’est la mienne.

(pour lire la suite de l’interview, téléchargez le document en pdf ci-joint)


©©