etopia
Contrôle démocratique
Un bon diagnostic : le premier pas vers la guérison
 
 
José Daras

Engagé en Politique en 1976, il est en 1980, parmi les membres fondateurs d’ECOLO. Géographe de formation, il enseigne pendant 10 ans avant de devenir parlementaire en 1981. Il le restera jusqu’en 1999, date à laquelle il est nommé Ministre chargé de la Mobilité, des Transports et de l’Énergie de la Région wallonne. Il exerce aujourd’hui la fonction de Président du Conseil d’Administration d’étopia.

Originaire de la région namuroise, il habite depuis 25 ans à Poulseur.

Autres articles
Un manifeste pour quoi faire ?
Réponse d’ECOLO et d’Etopia au mpOC
Du passé… pour l’avenir : ECOLO, 30 ans d’évolution
Vers un Service Citoyen en Belgique ?
La Belgique survivra au pétrole
Le vent dans les voiles... vertes
Pour un nouvel imaginaire politique
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
Intelligence artificielle forte : Enjeux, espoirs et risques
Le retour des mines en Europe, une réalité ?
Le blé bientôt fauché, le liquide bientôt liquidé, un monde nouveau est-il né ?
Commerce et environnement, frères ennemis ?
Initiative populaire et démocratie radicale
Démocratie radicale et choix budgétaires.
Forêts wallonnes : Mise en lumière des enjeux de la privatisation
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
L’économie de l’énergie nucléaire : mise à jour
Note de lecture : l’hiver de la démocratie ou le nouveau régime, de Guy Hermet
En finir avec la présidence (française)
Pour un nouvel imaginaire politique
Cours camarade, le vieux monde est derrière toi
publications - Analyses
Initiative populaire et démocratie radicale
Démocratie radicale et choix budgétaires.
publications - Notes, traductions…
Le nouvel esprit de la démocratie
Note de lecture : l’hiver de la démocratie ou le nouveau régime, de Guy Hermet
Exceptionnel : débat Conh-Bendit - Castoriadis à LLN en 1980 (retranscription)
L’avenir du capitalisme
Pour un nouvel imaginaire politique
publications - Analyses
Quand de vrais citoyens balaient une fausse démocratie
Referendum sur l’indépendance de l’Écosse
publications - Analyses
L’influence de l’Union européenne dans les politiques de logement
Un levier pour une politique plus sociale du logement ?
Logement et justice sociale : le prêt tremplin snobe l’accès au logement pour renforcer l’accès à la propriété
Se loger à Bruxelles : Pour une maitrise du marché locatif
La réforme de la gouvernance en Wallonie
Un bon diagnostic : le premier pas vers la guérison
publications - Varia
Quelle place pour les hommes dans les cités sociales ?
 
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

N’ayons pas peur du paradoxe : les évènements qui secouent actuellement le monde du logement social en Wallonie sont une bonne chose et montrent que la démocratie et le contrôle démocratique ne fonctionnent pas si mal chez nous.

Sans être exagérément caricatural, il n’est pas sot de rappeler que dans une dictature les dirigeants peuvent abuser sans risque et ce sont ceux qui le dénoncent qui se retrouvent en prison.

Quand, sous le gouvernement précédent, après avoir réorganisé le secteur du logement social (et par là déjà diminué le nombre de mandats, soit dit en passant), il a été décidé de lancer une série d’audits dans des sociétés déjà dans le collimateur, la volonté était claire : avoir un bon diagnostic... avant de décider du traitement.

Si certains ont cru que c’était de la frime, qu’ils étaient tellement haut et forcément hors d’atteinte... ils apprennent aujourd’hui que, selon l’expression consacrée, « La Roche Tarpéienne est proche du Capitole » et payent cher leur arrogance et leur bêtise.

Oui, une meilleure gouvernance est absolument nécessaire à la Wallonie, mais est-on sur que les choses vont mieux en Flandre et que le fait pour les dirigeants flamands de montrer la Wallonie du doigt n’est pas avant tout destiné à détourner le regard du citoyen de leur propres manquements... comme quand Elio Di Rupo montre Ecolo du doigt devant ses militants furieux.

Oui à un plan Marshall pour une meilleure gouvernance. Mais cela ne signifie pas que rien n’a été fait depuis des années. Aussi bien au gouvernement que dans l’opposition, les écologistes ont mené un combat pour plus de transparence, de sobriété, d’éthique. Combat qui a déjà porté ses fruits. Combat qui légitime leur parole aujourd’hui (quoi qu’en disent certains...ignorants ou de mauvaise foi). Combat à continuer & à amplifier. Toujours.

C’est parce que la démocratie est vivante qu’elle peut-être malade, cela doit nous mobiliser et pas nous décourager.

Oui nous vivons une crise de la gouvernance publique. Tant mieux si elle éclate au grand jour. Nous pouvons en sortir par le haut.


©©