etopia
Décès inopiné d’Eric Remacle
 
agendaMai 2013
 
 
 
 
 
Autres articles
Sagesse ancestrale pour société d’aujourdhui ?
Pouvoir, la politique et le chocolat
La première #NuitDebout de Bruxelles
Migrant, toi-même !
ECOLAB - Climat
Comment réconcilier logement, cadre de vie et agriculture ?
Une colocation conviviale et juridiquement sûre ?
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
La tentation irresponsable d’un pseudo-libéralisme illimité
Les relations Iran / Arabie Saoudite
Docteur Lee ou Mister Loup (dans la bergerie) ?
Intervenir en Syrie. Les éléments du débat
L’État de barbarie
Le principe de réalité
La fabrication standardisée des économistes
rubrique
 
mots
 
mots
Photo
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Nous avons la grande tristesse de vous annoncer la mort inopinée d’Eric Remacle, décédé hier soir à 52 ans. Nos premières pensées vont à sa famille ainsi qu’à ses proches.

Passionné de culture, de jeunesse, de vie dans les quartiers et de cohésion sociale, Eric était membre d’Ecolo et siégeait depuis décembre 2012 au conseil communal d’Ixelles. Il avait pour engagements prioritaires l’action pour la paix, la solidarité internationale, les droits humains et la lutte contre le racisme. C’est pourquoi, il était devenu en février dernier, président de la Coordination nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD).
Eric était aussi un grand professeur de relations internationales, de communication multilingue et d’études européennes à l’ULB, engagé aux côtés des jeunes générations pour une transformation sociale et une émancipation citoyenne.

Epris d’enseignement, il agissait également pour un savoir citoyen, en prise avec les enjeux de notre temps, ce qui l’avait amené à devenir l’un des conseillers Recherche du cabinet de Jean-Marc Nollet. Il a notamment œuvré à l’insertion des chercheurs dans les réseaux européens d’infrastructures de recherche et à la création du fonds de recherche FRESH, dédié aux sciences humaines. Mais il était surtout et avant tout à l’écoute des chercheurs, de leurs préoccupations. Il a ainsi mis toute son énergie dans la mise sur pied du Partenariat pour les chercheurs et les chercheuses, soucieux d’améliorer leurs conditions de travail et de vie.

Il était militant d’une « gauche arc-en-ciel », comme il se définissait, riche de toutes ses composantes syndicales, associatives et politiques, et de toutes les générations des courants progressistes. Il a toujours défendu un modèle de société solidaire, conciliant les utopies radicales et les pratiques du pluralisme progressiste.

Il avait une capacité rare à porter avec force des convictions, avec le sourire, sans crainte des confrontations d’idées mais sans jamais jouer la confrontation des personnes. Partout où il s’investissait, il était encourageant, apaisant et créatif. Un homme d’une grande sympathie et d’une immense bienveillance, toujours attentif et soucieux de chacun. Un homme de cœur.

Curieux de tout et surtout du nouveau, il s’intéressait à de nombreux enjeux, sortant régulièrement de ce qui aurait pu sembler être des chemins balisés : ainsi, l’interpellation qu’il n’adressera pas au prochain conseil communal devait concerner... les martinets noirs.

Ce grand spécialiste des Relations Internationales, engagé politiquement au plan local et régional, a appliqué avec merveille cette maxime écologiste : penser global, agir local.

Cette conjugaison de qualités intellectuelles et humaines était rare.

C’est une énorme perte pour nous tous.

Emily HOYOS et Olivier DELEUZE,

Co-présidents d’Ecolo

Jean-Marc NOLLET,

Vice-président des gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles

P.S. :

  • Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus sur cet homme hors du commun, il avait écrit un très beau texte sur son parcours familial et politique, que l’on peut lire ici : http://ericremacle.be/mon-engagement/un-parcours-de-gauche.
  • Eric était chercheur-associé d’Etopia et était devenu président de la CNAPD à partir de son mandat d’administrateur pour Etopia.

©©