etopia
bien plus que du nettoyage
La propreté publique :
 
 
Hadelin de Beer de Laer
1990-1997 : consultant en environnement
1998-2002 : expert à la task force développement durable du Bureau fédéral du Plan
2002-2009 : président du SPP développement durable
2009 : conseiller politique "environnement" à ECOLO
Autres articles
Les MOOC sur le développement durable
La politique et le bonheur  ?
Un monde sans pesticide
Quels liens entre la science et la politique ?
Prospective sur le transport aérien : le contenu dépend des croyances
Mieux gérer l’eau, la présence de la nature et sa richesse lors de projets d’urbanisation
Gestion des déchets ménagers à Bruxelles et en Wallonie :
rubrique
 
Derniers articles de cette rubrique
Forêts wallonnes : Mise en lumière des enjeux de la privatisation
Vers des Partenariats Publics-Communs
Automatisation de l’emploi : Perspectives et stratégies
Citoyens + ordinateurs = E-democratie ?
L’usage du Big data et la puissance inédite du ciblage dans la campagne américaine.
Sapiens : une histoire écologique de l’humanité
Les élections présidentielles en Iran : un scrutin aux enjeux multiples
rubrique
 
mots
publications - Analyses
L’audiovisuel en quête de sens
Les administrateurs publics et le piège de la double loyauté
Pour une réinvention écologique de l’initiative économique publique
PPP Partenariat Public-Privé ou Privatisation des Pouvoirs Publics ?
La propreté publique :
Stimuler les performances environnementales et sociales des marchés publics
La réforme des intercommunales wallonnes : réel changement ou nouvelle opération de communication ?
publications - Revue Etopia 5
MANIFESTO ! A Green New Deal for Europe
publications - Analyses
Quels liens entre la science et la politique ?
Prospective sur le transport aérien : le contenu dépend des croyances
La propreté publique :
PENSER L’AVENIR D’UNE COMMUNE A L’HORIZON 2050
publications - Etudes
Des industries pour l’emploi et l’environnement
publications - Varia
La recherche scientifique : paradoxes, acteurs et finalités
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Si la propreté publique ne fait pas partie des grands enjeux planétaires, elle est par contre
un enjeu quotidien proches des citoyens. Les besoins de propreté publique sont d’ordre
hygiénique, esthétique, d’image de marque ou écologique. Pour répondre à ces besoins, les
autorités publiques apportent souvent une réponse gestionnaire consistant à mettre plus de
poubelles, à plus nettoyer, à plus sensibiliser et à plus sanctionner. Tous ces « plus »
n’amènent pas à plus de satisfaction ni moins de déchets.
Partant d’une analyse des comportements, on constate que la mal-propreté s’explique par
deux facteurs principaux : elle se déroule dans des lieux socialement vides et elle se
disperse à cause des emballages d’une consommation nomade. Une approche systémique
permet d’agir adéquatement sur les différents facteurs. Les autorités publiques doivent
d’abord faire un très bon état des lieux des mal-propretés d’un territoire, en distinguant
bien les types de comportements présidant à leur origine : dépose minute, consommation
nomade, expression. En fonction du comportement, une stratégie doit être adoptée :
trouver d’autres lieux d’expression, donner aux lieux de dépôts habituels un caractère
socialement plein, supprimer l’accès aux lieux de dépose minute lorsque ces lieux ne
peuvent être réappropriés, retirer toute poubelle permettant la dépose-minute, et
également mettre en place une politique de surveillance. Lorsqu’un méfait est constaté,
user de peine de travaux d’intérêt général dans le domaine de la propreté. La
sensibilisation à la propreté doit rompre avec l’amateurisme et utiliser des théories
efficaces telles la théorie de l’engagement ou celle de « Community-Based Social
Marketing ». Concernant les emballages de consommation nomade, il faut leur donner une
valeur (consigne) telle que le jeter revient à perdre de l’argent. En dernier lieu intervient la
politique de nettoyage, pour lequel il faut revaloriser le statut de l’agent.

  • Résumé
  • Introduction
  1. Réflexion sur la définition de la propreté publique
  2. Réflexion sur les facteurs de non-propreté publique
  3. Réflexion sur les solutions politiques pour plus de propreté
    1. Les solutions classiques
    2. Des solutions écologistes
  • Annexe 1 : politique du Ministre Lutgen en matière de propreté publique, entre 2004 et 2009.
  • Annexe 2 : Infractions environnementales en Région wallonne
  • Annexe 3 : enquête22 réalisée par l’Université de Liège suite au plan « pureprovince » en Luxembourg
  • Annexe 4 : Analyse des actions du MET Luxembourg à la 2° campagne « propreté »
  • Annexe 5 : analyse juridique de la possibilité d’intégrer des peines d’intérêt général au décret « délinquances environnementales ».

©©