etopia
Le congrès socio-économique d’Ecolo
Programmation Etopia
Vers une nouvelle prospérité, mieux partagée
 
 
Autres articles
Sagesse ancestrale pour société d’aujourdhui ?
Pouvoir, la politique et le chocolat
La première #NuitDebout de Bruxelles
Migrant, toi-même !
ECOLAB - Climat
Comment réconcilier logement, cadre de vie et agriculture ?
Une colocation conviviale et juridiquement sûre ?
rubrique
 
agenda
relai d’événements Les événements auxquels Etopia participe ou soutient !
Derniers articles de cette rubrique
(We)Democracy
Comment sortir du nucléaire ... pour l’éternité ?
Journée internationale des luttes paysannes
TTIP - GAME OVER !
Conférence Grands Parents pour le climat
Transition écologique et sociale
Le Bienvenu : une vision optimiste des réfugiés et des migrants
rubrique
 
mots
publications - Analyses
Obsolescence manifestement abusive : à réprimer !
Activités extractives en Wallonie :
Stimuler les performances environnementales et sociales des marchés publics
Manuel européen sur les marchés publics écologiques : analyse
Le changement vers la durabilité : oeuvre des individus ou des collectifs ?
publications - Réactions issues de la société civile
Prospérité sans croissance : quelles perspectives Nord-Sud ?
Prospérité sans conflit ?
publications - Analyses
Activités extractives en Wallonie :
Ordre de grandeur macroéconomique
publications - Réactions issues du monde de la recherche
La place du marché dans l’économie belge
débats - relai d’événements
Vers une nouvelle prospérité, mieux partagée
 
mots
Photos (2)
invitation
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

Contexte politique :
Face aux crises (environnementale, financière, économique et sociale), le gouvernement fédéral a entrepris peu de choses. A part, comme aux niveaux européen et international, une série de mesures palliatives et court-termistes, n’intégrant pas les urgences environnementales et ne s’attaquant pas aux causes des problèmes, pour retourner, déjà, à la myopie devant les premiers frémissements de la croissance.
Aux niveaux régionaux et communautaire, avec les écologistes au gouvernement, ces crises ont été utilisées comme une opportunité pour amorcer le tournant vers une autre économie et pour mettre en œuvre des réformes ambitieuses et innovantes : alliance emploi-environnement, PM2.vert, plans d’investissements soutenus via les primes énergie, etc.

Objectifs :
Ce congrès présentera les propositions d’Ecolo. Il s’agira du premier Congrès de campagne d’Ecolo, à 3 semaines des élections. Il se basera sur la plateforme programmatique 2010 qui reprend les principales propositions fédérales d’Ecolo.
Il témoignera de notre de volonté de rassembler autour des solutions que nous proposons et d’alliance avec les acteurs de la société civile.
Il articulera les réponses crédibles et novatrices d’Ecolo autour des défis socio-économiques qui sont, au-delà des questions communautaires, les enjeux qui préoccupent les citoyens aujourd’hui : emploi, prospérité partagée, environnement….
Ce congrès précisera les mesures structurelles qui, pour les écologistes, devront être prises par le prochain gouvernement fédéral et se trouver au menu de la Présidence belge pour créer les conditions pour un avenir plus vert sur les plans économique, social et environnemental.

10h Mot de bienvenue

Juliette BOULET, députée fédérale ECOLO

10h10 Redéfinir la prospérité

  • Qu’entend-on par prospérité ? Il faut changer de modèle et d’indicateurs, remettre en cause le principe de la croissance pour la croissance, renverser les perspectives pour un développement plus équilibré et tout simplement durable.
  • Une autre conception de la prospérité
  • Modifier les indicateurs économiques traditionnels en indicateurs intégrant les impacts sociaux et environnementaux et en faire de véritables instruments de décision

Géraldine THIRY, chercheuse en économie, UCL

10h20 Réguler la finance et l’orienter

  • Comme l’a montré notre congrès de Bruxelles début 2007, les logiques financières ont pris le pas sur les logiques économiques avec depuis lors, comme summum, la crise financière, qui a du reste nécessité une mobilisation de capitaux publics sans précédent… mais également sans réforme fondamentale et remise en cause du système financier. Une telle réforme est plus qu’urgente et doit en particulier entraver la spéculation et l’économie casino, et permettre d’orienter l’épargne vers le développement durable
  • Taxer les opérations spéculatives, réformer les systèmes bancaires et financières, protéger les épargnants
  • Créer un fonds souverain belge vert et orienter les fonds de pension, l’épargne et les investissements privés vers le DD (notamment via la conditionnalisation de la défiscalisation des 2è et 3è piliers et l’orientation des placements réalisés)
  • Lutter contre la grande fraude fiscale et lever le secret bancaire

Jacky MORAEL, tête de liste ECOLO au Sénat
Eva JOLY, eurodéputée verte, présidente de la Commission du développement
(en vidéo)

10h50 Orienter (toute) l’économie vers le développement durable

  • L’écologie, c’est l’avenir de l’économie. En rendant le choix écologique moins cher et en orientant l’économie vers la durabilité, on diminuera ses coûts et son impact sur l’environnement. En agissant de la sorte, on captera en outre les emplois de demain, et on positionnera la Belgique en pointe par rapport à l’économie du futur. C’est non seulement nécessaire mais aussi enthousiasmant !
  • Mettre en œuvre un green deal au niveau européen et belge, dans la foulée des initiatives en cours en Régions
  • Inciter toutes les entreprises à s’inscrire dans des stratégies de DD et les aider dans leur transition
  • Amplifier le développement des filières vertes (énergies renouvelables, valorisation des ressources, transports publics, construction / rénovation, chimie verte, alimentation biologique et de qualité, …) et soutenir l’économie sociale
  • Mobiliser les secteurs classiques dans la transition écologique (relocalisation des productions, découplage de la consommation d’énergie / matières et de la croissance, éco-conception des produits, …)
  • Orienter et concentrer au maximum les recherches sur le DD
  • Soutenir la consommation durable (étiquetage, normes plus strictes, etc)
  • Rendre l’Etat exemplaire en matière de DD (marchés publics, bâtiments publics)
  • Rendre le choix écologique moins cher
  • Développer le commerce local et l’emploi non délocalisable
  • Proposer aux secteurs et aux territoires des contrats de redéployement écologique de l’économie

Georges GILKINET, député fédéral ECOLO
Benoît COPPEE, administrateur directeur général d’Investsud et président de la Foire agricole de Libramont

11h10 Créer de l’emploi (de qualité) et soutenir l’initiative

  • La crise financière a eu pour conséquence de nombreuses délocalisations et de nombreuses pertes d’emploi. Il faut à la fois préserver l’emploi existant, mieux le partager et saisir les nouvelles opportunités. Former les salariés mais également soutenir l’initiative économique des indépendants, artisans, TPE et PME.
  • Répartir et aménager le temps de travail
  • Conditionner les aides publiques à la création d’emploi durable (intérêts notionnels, réductions de cotisations, etc)
  • Réduire le coût du travail en compensant par une Cotisation Sociale Rééquilibrée et par une meilleure fiscalité sur les revenus financiers
  • Former les salariés pour anticiper la transition
  • Améliorer l’emploi existant, notamment dans le secteur des Titres-Service
  • Renforcer le soutien à l’initiative économique des indépendants, artisans, TPE, PME et de l’entrepreneuriat féminin
  • Développer les groupements d’employeurs
  • Créer un plan Maribel vert, pour soutenir les Alliances emploi-environnement

Muriel GERKENS, députée fédérale ECOLO
Guy Fays, secrétaire général de la FGTB Namur
Christophe WAMBERSIE, secrétaire général de l’Union des Classes Moyennes

11h40 Redistribuer la prospérité

  • Il n’y a jamais eu autant de richesses dans notre pays mais elle n’a jamais été aussi mal partagée. Il y a toujours plus de très pauvres et de très riches. L’avenir des pensions doit faire l’objet de décisions courageuses et visionnaires, de même que l’individualisation des droits sociaux. Il faut sauvegarder la capacité redistributive de l’Etat par une meilleure perception de l’impôt et un élargissement de l’assiette fiscale.
  • Individualiser les droits sociaux pour lutter contre la précarité (essentiellement féminine)
  • Garantir et revaloriser les pensions légales par un refinancement de la sécurité sociale et penser autrement l’allongement de la durée de la vie (notamment vie une assurance autonomie)
  • Garantir l’efficacité et la soutenabilité budgétaire de la Sécu par une contribution plus équilibrée des différents revenus
  • Poursuivre l’effort d’amélioration de la protection sociale des indépendants au sein d’une meilleure solidarité
  • Repenser l’activation des chômeurs, plus que jamais en temps de crise
  • Relever les allocations de base au-delà du seuil du risque de pauvreté
  • Maintenir les outils centraux de la redistribution que sont les services publics et collectifs (Poste, accueil de l’enfance, etc) et soutenir les secteurs non marchands de services aux personnes
  • Penser l’immigration comme une richesse économique

Zoé GENOT, députée fédérale ECOLO
Michel RENARD, ancien permanent syndical, candidat d’ouverture sur la liste ECOLO au Sénat

12h Conclusions : quels rôles pour les pouvoirs publics et la société civile ?

  • En 2007, ECOLO appelait à une Union Nationale pour le Climat. Aujourd’hui, il s’agit de réussir un véritable fédéralisme de coopération, au-delà des slogans, tel qu’ECOLO le fait au quotidien dans la famille verte européenne et avec Groen !. Régler les questions communautaires et trouver un meilleur équilibre entre entités fédérées qui doivent mieux collaborer au profit d’une prospérité réinventée et mieux partagée. De même, il faut associer les partenaires sociaux à ces changements : au-delà de leurs différences, ils s’accordent sur le fait que l’avenir économique sera durable ou ne sera pas.
  • Un Vice-Premier Ministre, un Ministère et une Inspection du développement durable forts pour que la transition écologique de l’économie soit au cœur de toutes les politiques
  • Le gouvernement fédéral : un rôle essentiel de fédération des actions régionales et communautaire qui, avec les écologistes, ont commencé à mettre en oeuvre des réformes ambitieuses, structurelles et innovantes. Les leviers fédéraux doivent pouvoir prolonger ces politiques novatrices.
  • Les régions : des acteurs qui doivent pouvoir assumer une plus grande responsabilisation et qui doivent dès lors réformer et moderniser leurs pratiques politiques et leur gouvernance
  • Construire une stratégie de transition vers un développement durable avec les partenaires sociaux 

Sarah TURINE, Co-présidente d’ECOLO


©©