etopia
CAPITALISME, CONSOMMATION, INFORMATION, UNE COMBINAISON FATALE ?
 
 
Alain Tihon
Consultant Information & Knowledge Mgt
Autres articles
CAPITALISME, CONSOMMATION, INFORMATION, UNE COMBINAISON FATALE ?
Le monde selon Monsanto
Information, néo-libéralisme et aliénation
 
Derniers articles de cette rubrique
Transparence, innovation et bien commun : le package 3 en 1 de l’open data
La transformation écologique de l’économie se précise !
2016 : le début de la fin du néo-libéralisme ?
« Laudato si’ » : le Vatican est-il devenu anti-capitaliste ?
Le triangle infernal des finances publiques
Communs : aux actes, citoyens !
36 ans d’histoire électorale et politique
rubrique
 
mots
publications - Analyses
CAPITALISME, CONSOMMATION, INFORMATION, UNE COMBINAISON FATALE ?
La simplicité volontaire et les créatifs culturels : rampes de communication pour 2008 ?
Alimentation écologique : le plaisir d’une société durable
publications - Economie et écologie
Consommer mieux, autrement, moins
publications - Dossier 2 : Slow Food : bon, propre et juste
Slow Food : Changer le monde en se régalant
Le plaisir du goût et de la qualité. De Pline l’ancien au Slow Food
publications - Réactions du monde politique
Pour un changement structurel du rôle de l’Etat
publications - Notes, traductions…
Exceptionnel : débat Conh-Bendit - Castoriadis à LLN en 1980 (retranscription)
L’avenir du capitalisme
Natural Capitalism ou Comment gérer le capital naturel ?
publications - Analyses
CAPITALISME, CONSOMMATION, INFORMATION, UNE COMBINAISON FATALE ?
Au-delà du replâtrage actuel, un nouveau système économique mondial
Prévisibilité de la crise financière mondiale : mensonge, crimes... et châtiments ?
L’Homme est-il bon ? Une critique écologiste de la dissociété néolibérale
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 
Nous avons dépassé les limites physiques de notre planète. Tous les indicateurs sont au rouge. Or il semblerait que, devant l’urgence de l’action, nous restions saisis d’une étrange torpeur. Comment l’expliquer, si ce n’est que le nom de Dieu est « Consommation » et que nous soyons condamnés à ne vivre que pour elle ? Nous nous sommes soumis à l’État-providence, nous nous soumettons à l’idéologie1 du marché parce qu’ils changent les pierres en pains et que nous ne pouvons cesser de nous en rassasier. Angoissés par le cancer qui ronge notre Terre, coupables aussi, car il est notre œuvre, nous nous trouvons impuissants face à nos désirs contradictoires. Il nous faut changer... sans renoncer au pain. La démesure financière a catalysé les crises, économique, culturelle, sociale, environnementale. Nos sociétés sont malades et nous ne pouvons plus nous le cacher (…)
  1. Avant-propos
  2. Le management « hokus, pokus ! » des banques
  3. Capitalisme et machine informationnelle
  4. Le masque aveuglant du capitalisme
  5. Pour une dynamique du changement
  6. Déconstruire l’amalgame
  7. Conclusions

©©