etopia
Français, Européens et Américains face à l’alimentation
Manger
 
 
Sujets abordés :
Autres articles
Manger
 
agenda
Notes, traductions… Vous trouverez ici des republications d’articles essentiels à nos yeux, de textes provenant de la presse allemande ou anglo-saxone, peu accessibles à notre espace public et traduit en français par nos soins. Et des notes de lecture rédigées par les chercheurs-associés d’étopia.
Derniers articles de cette rubrique
Ecolo. La démocratie comme projet. De Benoît Lechat
La politique et le bonheur  ?
Désamorcer l’islam radical
La réinvention du monde
65 MESURES POUR L’ECONOMIE COLLABORATIVE
Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous
Manifeste convivialiste
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
Manger
publications - Analyses
Des traces du nouveau management public dans la culture ?
Les MOOC sur le développement durable
Cinéma et Écologie
Super-héros et diversité
L’audiovisuel en quête de sens
Les zombies sont parmi nous
publications - Notes, traductions…
Manger
publications - Analyses
L’alimentation pendant la 2e Guerre mondiale
Un monde sans pesticide
Alimentation et vivre-ensemble : que nous apprend l’Antiquité tardive ?
La crise alimentaire mondiale
Less heat, less meat. But which meat ?
Les pénuries alimentaires graves sont là... comment y remédier ?
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 
Sous la direction de Claude Fischler et Estelle Masson, Paris, Odile Jacob, 2008.
Note de lecture par Thérèse Zang, chercheuse-associée à Etopia

Manger. Français, Européens et Américains face à l’alimentation est le fruit d’un programme de recherche mené par l’Observatoire CNIEL des habitudes alimentaires (Ocha) entre 2000 et 2002. L’équipe principale, composée, à Paris, de Claude Fischler, Estelle Masson et Christy Shields-Argelès, s’est penchée, à travers une enquête d’ampleur menée principalement dans six pays (France, Etats-Unis, Angleterre, Italie, Suisse et Allemagne), sur la question du rapport entre sphère biologique et socioculturelle dans les habitudes alimentaires. Plus particulièrement, les chercheurs déclarent s’être intéressés à des caractéristiques telles que la stabilité ou la fragilité, la transmissibilité ou la volatilité de la culture. Il s’agissait donc d’examiner, non seulement ce que l’on mange dans ces pays, mais surtout comment on mange (manières de table, usages, pratiques individuelles ou collectives) et ce que ces habitudes disent sur le rapport au manger des sociétés contemporaines « à niveau proche ou comparable de développement » (p. 26) – afin de dégager ce qui est commun, ce qui est propre à l’âge dans lequel on vit (« âge à la fois planétaire et individualiste »), et ce qui est spécifique à chaque culture dans sa manière de vivre.

  • Pour lire la suite, télécharger le document pdf ci-joint.

©©