etopia
Vendredi matin
"Soy defensor de la selva", Amazonie Equatorienne
 
 
Autres articles
"Soy defensor de la selva", Amazonie Equatorienne
 
Autres articles
"Soy defensor de la selva", Amazonie Equatorienne
 
Derniers articles de cette rubrique
Les 2 roues motorisées : élément de solution aux problèmes de mobilité ?
"Soy defensor de la selva", Amazonie Equatorienne
Economies d’énergie au quotidien
OTAN : stop ou encore ?
La Flandre après les élections du 7 juin
"Stratégie Océan bleu" vision créatrice de la résolution des problèmes
Le bruit, grande préoccupation dans les quartiers et dans les écoles !
rubrique
 
mots
publications - Analyses
Les forêts en Afrique centrale, un mode de gestion pacifié ?
Forêts wallonnes : Mise en lumière des enjeux de la privatisation
Nassonia : une forêt en commun ?
formations - Vendredi matin
"Soy defensor de la selva", Amazonie Equatorienne
publications - Notes, traductions…
Effondrement : Comment les sociétés choisissent d’échouer ou de survivre
publications - Analyses
Les forêts en Afrique centrale, un mode de gestion pacifié ?
Mieux gérer l’eau, la présence de la nature et sa richesse lors de projets d’urbanisation
Protéger la biodiversité Pourquoi ? Comment ?
Environnement et santé : quand l’overdose institutionnelle fait négliger l’essentiel !
A bout de souffle : inventaire de 15 mois de Gouvernement PS/CdH en Wallonie
publications - Philosophie de la Nature
L’homme, la nature et la ville
 
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 

En Amazonie Equatorienne, le peuple de Sarayaku défend depuis plus de 20 ans, d’une manière pacifique et par toutes les voies légales possibles, son territoire contre l’entrée - non permise par la constitution sans l’accord des habitants - des compagnies pétrolières. Là où les peuples se sont laissés bernés par leurs promesses, c’est la déforestation, la pollution des rivières, du sol… qui obligent les populations à émigrer vers les villes, où ils ne trouvent pas leur place. Depuis 2003, les responsables de Sarayaku ont décidé de planter des clairières d’arbres de couleur aux limites de leur territoire, sur 300 km, pour visualiser symboliquement une "Frontière de Vie", derrière laquelle ils préserveront la culture, l’art, la médecine et les connaissances ancestrales.

  • Animatrice : Thérèse Vandamme + asbl "Frontière de Vie"
  • Intervenants : Jacques Dochamps et Thérèse Dederix, membres de l’asbl "Frontière de Vie ».

©©