etopia
Note de lecture « Ecologisation : objets concepts intermédiaires »
 
 
Autres articles
Croissance / décroissance : au-delà des divisions anciennes, les nouveaux débats entre écologistes
Prospérité sans croissance ? complet !
Efficience, suffisance et démarchandisation
Construire d’autres systèmes économiques et monétaires ?
Note de lecture « Ecologisation : objets concepts intermédiaires »
Consommer mieux, autrement, moins
Une vérité qui dérange (certains) : on a encore besoin de l’écologie politique !
rubrique
 
agenda
Notes, traductions… Vous trouverez ici des republications d’articles essentiels à nos yeux, de textes provenant de la presse allemande ou anglo-saxone, peu accessibles à notre espace public et traduit en français par nos soins. Et des notes de lecture rédigées par les chercheurs-associés d’étopia.
Derniers articles de cette rubrique
Ecolo. La démocratie comme projet. De Benoît Lechat
La politique et le bonheur  ?
Désamorcer l’islam radical
La réinvention du monde
65 MESURES POUR L’ECONOMIE COLLABORATIVE
Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous
Manifeste convivialiste
rubrique
 
mots
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 
Ouvrage sous la direction de François Mélard, Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2008.
Note réalisée par Paul-Marie Boulanger, directeur de l’Institut pour un Développement durable (IDD)

Il s’agit d’un ouvrage collectif rédigé sous la direction de François Mélard par des chercheurs de la « Fondation Universitaire Luxembourgeoise d’Arlon » (aujourd ‘hui intégrée à l’Université de Liège) : Isabelle Haynes , Catherine Mongenot, Marc Mormont, Pierre M. Stassart, Pierre Steyaert, auxquels se sont joints quelques collègues français : Hélène Brives, Bernard Hubert et Régine Teulier.

Mis à part deux ou trois chapitres de nature principalement conceptuelle, l’ouvrage est constitué d’analyses d’expériences concrètes d’« écologisation », terme qui, selon les auteurs, désigne les « processus et procédures par lesquels la société prend en compte l’environnement dans sa dynamique de développement » (p.14). On verra que ces expériences sont envisagées d’un point de vue cognitif, c’est-à-dire en tant que processus de production et de circulation de connaissances et de savoirs, au sein desquels certains concepts et certains objets tels que cartes, plans, schémas, diagrammes, etc. jouent un rôle crucial de structuration et de médiation qui justifie leur qualification d’« intermédiaires ».

Les expériences d’écologisation vont de la construction d’une filière de viande bovine issue de l’agriculture biologique et de la conception d’un réseau écologique au niveau local (C.Mougenot et Pierre M. Stassart : « Les objets éphémères du développement durable. Un mécanisme de ‘représentation/transformation’ », pp.73-99) à la gestion du site protégé de Frahan (Marc Mormont : « La carte comme schéma prospectif intégré », pp.99-115), où au traitement des effluents d’élevage dans une petite commune bretonne (H. Brives : « Les appuis matériels de l’action collective. La construction d’une carte communale des terres d’épandage », pp.115-129) en passant par une campagne de promotion des économies d’énergie auprès de ménages par l’utilisation d’un « Budget Energie Environnement » (I.Hayes et C. Mougenot : « La socialisation des politiques environnementales par des objets intermédiaires », pp.139-163), ainsi que des opérations d’aménagement des Cévennes, du bassin versant de la source d’eau de Vittel ou de la restauration écologique d’un lac en Loire atlantique (R. Teulier et B. Hubert : « Des concepts intermédiaires pour la conception collective. Les situations d’action collective avec acteurs hétérogènes », pp.163-167) et une zone Natura 2000 dans les marais de Rochefort en Loire Atlantique (Patrick Steyaert : « Des concepts intermédiaires producteurs de sens pour la gestion environnementale. Une étude de cas sur les zones humides côtières en France », pp. 187-209).

  • Pour lire la suite, télécharger le document pdf ci-dessus.

©©