etopia
La Fondation Verte Européenne, contribution écologiste à la création d’un espace public européen
 
 
Sujets abordés :
Autres articles
La Fondation Verte Européenne, contribution écologiste à la création d’un espace public européen
 
agenda
Revue Etopia 5
  • Formulaire
  • L’acheter dans votre librairie
  • Le télécharger dans son entièreté
PDF - 2.4 Mo
Revue 5
Derniers articles de cette rubrique
MANIFESTO ! A Green New Deal for Europe
Charte des Verts Européens : Lignes directrices du Parti Vert européen
La Fondation Verte Européenne, contribution écologiste à la création d’un espace public européen
Europe et sécurité : les libertés fondamentales en refondation permanente
Les Verts, garants d’une politique climatique européenne à la hauteur des défis
Comment les Verts agissent pour une politique énergétique soutenable
L’UE et la mondialisation : le crépuscule de la libéralisation du commerce ?
rubrique
 
mots
publications - Revue Etopia 5
La Fondation Verte Européenne, contribution écologiste à la création d’un espace public européen
publications - Analyses
Solidarité et force...
Les Partis et la prospective : s’inspirer du modèle allemand
Les Partis et la prospective : s’inspirer du modèle allemand
débats - édito
Réinventer la politique à partir de la société
débats - colloques
The Commons
débats - relai d’événements
Fondation de l’Ecologie Politique (France)
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 


Favoriser l’émergence d’un espace public européen en animant des débats transnationaux, telle est l’une des missions à laquelle s’attelle la nouvelle Fondation Verte Européenne.

Á la fin de 2007, le Parlement européen a pris la décision de financer un projet pilote de création de fondations politiques européennes. Il s’agissait de contribuer à lutter contre la crise de confiance vis-à-vis de l’Union Européenne et de ses institutions. Le faible taux de participation aux élections européennes de 2004 et les rejets, en 2005, de la Constitution européenne par la France et les Pays-Bas en avaient montré l’ampleur. L’éloignement entre « Bruxelles » et les citoyens européens a donc incité les institutions à essayer de se rapprocher du public.

Au début de 2008, des députés verts du Parlement Européen ainsi que des membres de fondations vertes nationales se sont engagés dans le processus de mise sur pied d’une Fondation Verte Européenne. Le développement d’un espace public européen ainsi que la participation citoyenne, qui demande à son tour un renforcement de l’infrastructure démocratique, ont en effet toujours été au centre des préoccupations des Verts européens. Par le passé, dans plusieurs pays, les fondations vertes nationales ont réussi à intégrer les organisations de la société civile au dialogue politique. Leurs contributions aux débats politiques ont été une ressource précieuse pour les différents partis verts à travers l’Europe grâce à leur indépendance et à leur capacité de travailler dans une perspective verte sur le développement à moyen et long terme de la société. Mais bien que beaucoup de ces fondations nationales aient toujours coopéré internationalement, leurs principaux champs d’action restaient jusqu’ici limités aux espaces nationaux. Il manquait donc d’un espace européen transnational, ce qui représente la principale valeur ajoutée de la Fondation Verte Européenne.

Axes de travail

Le Parti Vert Européen d’un côté et la Fondation Verte Européenne de l’autre ont donc pour ambition de contribuer à réduire les distances entre les sphères nationales et européenne de la politique verte. C’est pourquoi, la fondation veut contribuer à la trans-nationalisation du débat européen ainsi qu’à la formation des Verts européens et de leur environnement politique.

Cet objectif général se décline en trois axes de travail :

  • L’étude et le débat : Observer, analyser et apporter une contribution spécifique aux débats entre Verts européens sur des thèmes politiques européens et faire office de catalyseur d’idées – via des publications propres (études scientifiques, documents de travail), la traduction et la diffusion d’études déjà existantes.
  • Education et formation : Renforcer la présence des idées vertes dans le spectre politique européen en mettant l’accent sur le « capacity building » (la formation) et améliorer la conscientisation des citoyens européens en ce qui concerne les solutions vertes – via l’organisation d’ateliers trans-nationaux, de débats et de conférences à travers l’Europe.
  • Réseau : Servir de structure européenne pour les fondations vertes nationales et les militants, développer des partenariats avec des acteurs importants de la société civile pour faciliter l’émergence d’un espace européen de débat et assurer la durabilité du travail de la fondation.

La structure et les personnes

Légalement, la Fondation Verte Européenne est établie à Bruxelles en tant qu’Association Internationale Sans But Lucratif (AISBL). Elle est affiliée au Parti Vert Européen, bien qu’elle en soit opérationnellement indépendante. La gestion journalière et la composition du Conseil d’administration de la fondation garantissent cette séparation, qui est par ailleurs un des pré-requis pour accéder au financement par le budget général de l’Union Européenne.

La composition du Conseil d’administration et de l’Assemblée Générale reflète celle de la fondation : le Groupe des Verts au Parlement Européen, le Parti Vert Européen et les fondations vertes européennes, ces dernières disposant de la majorité des sièges à l’Assemblée Générale. Le Conseil d’administration a élu une co-présidence, en la personne d’Heidi Hautala (Verts finlandais) et de Pierre Jonckheer (Ecolo).

Le budget de la Fondation Verte Européenne est alloué sur la base de son affiliation au Parti Vert Européen. Le financement provenant du Parlement Européen (une bourse annuelle) s’élève à un maximum de 85% du budget total, le reste étant principalement couvert par les contributions aux projets en cours de la fondation. Le budget provisionnel pour l’année 2009 s’élève à 490.000 € . Plus ou moins un tiers de ce budget est alloué au fonctionnement de la fondation et les deux tiers restant à ses projets transnationaux.

Premières expériences 2008

Dans le courant de l’année 2008, toutes les fondations politiques européennes ont été informées du lancement d’un projet pilote, financé par la Commission pour les derniers mois de l’année. Le Parlement Européen décida d’approuver ce projet et de le financer à partir de septembre 2008. Cette décision fut bien sûr très bien accueillie, mais elle engendra une certaine pression puisqu’un budget annuel pour 2008 devait être alloué pour seulement 4 mois et qu’il fallait mettre sur pied des activités significatives. Le défi a été relevé par la fondation qui a mené à bien un premier programme d’activités entre septembre 2008 et décembre 2008 avec le soutien des fondations nationales vertes et d’autres partenaires locaux.

Ce premier programme a comporté une série d’études et d’analyses qui ont été menées en coopération avec le Parti Vert Européen, le Groupe des Verts au Parlement européen et les fondations vertes nationales. Par exemple, le « Polish Shade of Green » (les différents tons de verts polonais), avec le soutien de la Fondation Heinrich Böll, est la première publication sur le potentiel des Verts en Pologne. Cette étude a été présentée à Varsovie en janvier 2009 durant un débat intitulé « Les différents tons de vert en Europe. Idées Vertes et mouvements politiques verts en Europe ». Ce débat a rassemblé des représentants politiques verts, des experts et des acteurs de la société civile d’Europe centrale et orientale. Plus récemment, un autre projet a également vu le jour. Il s’agit d’un document de travail intitulé « Green Collar Jobs » (les emplois des secteurs verts) qui est utilisé dans le débat sur le Green New Deal pour l’Europe et qui donne un aperçu sur les potentiels d’emploi dans le secteur environnemental.

La traduction d’études déjà existantes sur « l’Europe Sociale » ou sur le projet « ERENE – A European Community for Renewable Energy » (Une Communauté européenne de l’énergie renouvelable) est un autre exemple du travail de la fondation dans l’axe Education et Formation. Aider à dépasser la barrière linguistique et améliorer l’accès à l’information est une condition sine qua non pour encourager le développement d’un espace public européen – dans la famille politique verte, mais aussi pour le public européen en général.

Bien que la contribution de la fondation au développement d’une perspective européenne soit facilement identifiable dans ses travaux théoriques, le potentiel de ses activités ne doit pas être sous estimé. La volonté de permettre aux militants d’articuler les politiques vertes à un niveau européen restera donc une priorité de la Fondation Verte Européenne, tout particulièrement dans les pays ou les idées Vertes ne sont pas encore très connues.

La valeur ajoutée des séminaires et des formations transnationales de la fondation dépasse amplement le contenu de celles-ci. Que se soit via des rencontres de représentants politiques et académiques sur des thèmes politiques européens ou que ce soit via l’échange de savoir-faire entre web-masters de toute l’Europe sur la gestion de campagnes sur Internet, le développement de réseaux durables et trans-nationaux entre partenaires verts est tout à fait primordial.

2009 et au-delà : les défis à venir

En s’inspirant de l’expérience qu’elle a acquise durant l’année 2008, la Fondation Verte Européenne a élaboré un programme de travail pour les années à venir. Les élections européennes de juin 2009 forment un défi spécifique pour la deuxième année de son existence. 2009 sera en effet une période décisive pour le futur du projet vert européen.

La Fondation Verte Européenne se dote de moyens pour européaniser le débat politique au-delà de la somme des différents débats nationaux individuels sur les thèmes européens. Contribuer à la création d’une sphère publique européenne nécessaire au dialogue transnational restera une priorité. Les partis politiques européens ainsi que les fondations politiques européennes ne sont que deux pièces d’un vaste puzzle. Il n’y a pas de solution simple et il n’y a certainement pas non plus une seule réponse aux différents défis démocratiques et participatifs auxquels l’Europe doit faire face. Mais les fondations politiques européennes offrent un outil précieux pour la réflexion et le débat ainsi que pour l’indispensable dialogue transnational.

Membres

Fondation Alexander Langer (Italie)

Cette fondation se consacre à la promotion de la paix et des échanges culturels. Avec le soutien du Parlement européen, elle organise des formations pour des personnes qui sont envoyées dans des zones de conflit pour soutenir les processus civils de maintien de la paix. Elle octroie un prix récompensant un engagement culturel et civil remarquable et accueille le festival Euromediterranea qui a pour ambition de bâtir des ponts entre l’Europe et ses voisins méditerranéens. www.alexanderlanger.org

Cogito (Suède)

Cogito se définit comne un Think Tank vert voulant contribuer au débat public et soutenir la durabilité et la solidarité. Disposant d’un réseau international, il poursuit une approche globale mais considère les communautés locales comme des lieux d’innovation sociale. Cogito organise des séminaires et des conférences et dispose d’une plate-forme numérique pour des articles scientifiques et journalistiques. www.cogito.nu

Etopia (Belgique)

Etopia a été créé en 2004 par Ecolo. Etopia se propose de réaliser des médiations originales entre la participation, la société civile et la décision politique. Elle combine prospective, éducation permanente et animation dans une perspective écologiste. Etopia développe également un centre d’archives pour le mouvement écologiste au sens large. www.etopia.be

Oïkos (Belgique)

En 2008, des écologistes flamands ont décidé de créer un forum pour défendre un contre-modèle social-écologique en partant du constat que le modèle dominant n’est pas soutenable. Oïkos organise des forums et des débats et publie une revue qui porte son nom. www.oikos.be

Green Economics Institute (Grande-Bretagne)

Le GEI fait la promotion de l’entreprise verte et sociale, en introduisant la dimension écologique et sociale dans le débat académique et en l’ouvrant à un large public. L’Institut organise des ateliers, des formations et des conférences. Elle publie une revue consacrée à l’économie durable. http://www.greeneconomics.org.uk

The Green Party/Comhaontes Glas (Irlande)

La fondation des Verts irlandais est en cours de constitution. simpst@gmail.com

Gruene Bildungswerkstatt (GBW) (Autriche)

La principale mission de la GBW est l’éducation permanente dans un sens de participation politique. Elle dispose d’une offre large de formations. La GBW se propose également de faire le lien entre les Verts autrichiens, la société civile et les milieux scientifiques, notamment en organisant des événements culturels et des débats publics. Elle fonctionne de manière décentralisée dans les différentes régions autrichiennes. www.gbw.at

Fondation Heinrich Böll Stiftung (Allemagne)

La Fondation Heinrich Böll dispose de nombreuses antennes régionales et de sièges dans des pays hors d’Allemagne où elle apporte son expérience au soutien des sociétés civiles, notamment dans les régions en transition démocratique. Elle a pour objectif de promouvoir le débat public sur l’écologie, la démocratie, le social… Elle édite de très nombreuses publications, organise des formations et délivre notamment des bourses pour des étudiants. www.boell.de

Nous Horitzons (Catalogne Spain)

Créée en 1960, Nous Horitzons a publié de nombreuses revues, organise des débats publics et encourage la recherche. L’objectif de la fondation est de soutenir une perspective écologique et féministe dans les débats publics. www.noushoritzons.cat

Stichting Wetenschappelijk Bureau (Pays-Bas)

Cette fondation néerlandaise a pour objectif de stimuler le débat public sur les thèmes de la gauche verte. Elle édite de nombreuses publications sur tous les thèmes politiques importants et publie quatre fois par an sa revue « De Helling ».
http://wetenschappelijkbureau.groenlinks.nl/

ViSiLi (Finland)

Animé par la conviction de l’importance de l’engagement citoyen, l’association ViSiLi soutient les associations non-gouvernementales comme des associations d’aide aux immigrés, des groupes environnementalistes locaux. Il soutient également des programmes de recherche. www.visili.fi

Fondation au Luxembourg (déi gréng)

Une foundation verte luxembourgeoise est en cours de constitution. ajacoby@chd.lu


©©