etopia
L’empreinte écologique de Google exposée
 
 
Autres articles
L’empreinte écologique de Google exposée
 
agenda
Notes, traductions… Vous trouverez ici des republications d’articles essentiels à nos yeux, de textes provenant de la presse allemande ou anglo-saxone, peu accessibles à notre espace public et traduit en français par nos soins. Et des notes de lecture rédigées par les chercheurs-associés d’étopia.
Derniers articles de cette rubrique
Ecolo. La démocratie comme projet. De Benoît Lechat
La politique et le bonheur  ?
Désamorcer l’islam radical
La réinvention du monde
65 MESURES POUR L’ECONOMIE COLLABORATIVE
Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous
Manifeste convivialiste
rubrique
 
mots
publications - Notes, traductions…
L’empreinte écologique de Google exposée
Note de lecture : "Qu’est ce que le Progrès ? Les chiffres montrent que ce devrait être la vraie question des négociations de Bali"
publications - Analyses
Europe : courte analyse du "Paquet énergie-climat"
Chine-climat : les dessous d’une politique énergétique balbutiante
Climat : analyse de la position de la Chine
Notre mère la Terre a de la fièvre
publications - Etudes
sortir du nucléaire et respecter Kyoto c’est possible !
publications - Notes, traductions…
Stratégies pour un changement
L’empreinte écologique de Google exposée
L’Europe aurait-elle à faire le choix cornélien entre nucléaire et énergies fossiles ?
publications - Analyses
Chine-climat : les dessous d’une politique énergétique balbutiante
Nucléaire : fausse solution, vrai problème
La politique énergétique belge ? Salut en de kost
Une politique durable de l’énergie au niveau communal :
publications - Notes, traductions…
L’empreinte écologique de Google exposée
publications - Analyses
A qui profitent les compteurs communicants ?
Une politique communale de l’énergie : le plan Kyoto local de Watermael-Boitsfort
Une politique durable de l’énergie au niveau communal :
publications - Une économie forte est une économie qui maîtrise son énergie
Aider les particuliers : isoler 100 % des habitations d’ici 10 ans
publications - Notes, traductions…
L’empreinte écologique de Google exposée
publications - Analyses
Facebook, miroir déformant d’un monde fantasmé
Les droits intellectuels
 
 
Partage
Réseaux sociaux
Forum
en construction
 
 
 
 
Publié sur Euractiv, 14 janvier 2009. Traduction pour Etopia : Valérie Watillon.
Texte original sur : www.euractiv.com/en/energy-efficien...

Une étude récente, menée par le physicien Alex Wissner, démontre que les moteurs de recherches tel que Google génèrent des émissions massives de CO2. Expliquant sa recherche au Sunday Times, l’académicien de Harvard révèle que, malgré le secret sur l’empreinte écologique de Google, il a calculé, sur base d’informations disponibles publiquement, chaque recherche Google génère 5-10 grammes de CO2.

Le quotidien a reporté que 2 recherches libèrent 7grammes de CO2 ; l’équivalent d’une bouilloire sifflant pour une tasse de thé. Wissner-Gross a dit plus tard que son travail était surtout axé sur l’ensemble du web et que l’exemple de la bouilloire n’était pas un des siens.

L’échelle de l’empreinte écologique du moteur de recherche provient du fait que la requête est envoyée vers des serveurs multiples autour du monde, mais uniquement les réponses les plus rapides atteignent l’utilisateur, selon Wissner Gross.

« Google n’est pas pire que les autres centres d’opération de données. Si vous voulez fournir un résultat vraiment excellent et rapide, cela va prendre de l’énergie supplémentaire pour y parvenir (Wissner Gross à la BBC).

Google, qui tient à promouvoir son image d’entreprise verte, rejeta ces chiffres comme "many times too high". Il est déclaré sur son blog officiel que le retour des résultats d’une recherche type, en moins de 0.2 secondes, rejette à peu près 0.2 grammes de C02.

« Nous avons fait de grandes avancées pour réduire l’énergie utilisée par nos centres de données, mais nous voulons encore trouver des sources d’énergie propre et abordable,... ». Le géant internet fait allusion à l’investissement de $45 millions dans le domaine de la recherche dans les technologies d’énergie propre, en 2008.

En moyenne, chaque seconde de navigation sur le web produit 0.02 grammes de CO2, selon l’étude. Wissner-Gross fait remarquer aussi que, vu l’augmentation des animations et du contenu des vidéos, le nombre peut atteindre 0.03 grammes chaque seconde. Selon le physicien, la consommation électrique de l’ordinateur doit endosser plus la responsabilité de l’empreinte écologique induite par une « expérience internet type », en fonction de l’infrastructure du réseau qui transmet les site web. Les serveurs d’hébergement web sont les plus petits contributeurs. L’analyse du site du Bureau du Premier Ministre anglais, samedi 10 janvier dernier, montre qu’il était opérationnel à 64% de sa capacité énergétique, pendant que le rendement du site de la BBC était de seulement 49%. Gartner, une compagnie de recherches en technologie de l’information, estime, en 2007, que l’industrie IT a déjà causé 2% de l’émission totale de CO2, soit l’équivalent de l’empreinte écologique de toute l’industrie aérienne.

L’UE prévoit d’introduire des normes « énergie-efficacité » pour le secteur ICT afin de contrer le changement climatique et réduire le gaspillage énergétique (Euractiv 12/12/08)). La commission espère publier les recommandations politiques après un rapport industriel daté de juin 2008 argumentait que l’impact industriel sur le climat allait progresser plus que diminuer si des mesures n’étaient pas prises (Euractiv 27/06/08)

Réflexion sur l’exemple Facebook

Quelqu’un vous envoie la requête d’utiliser le gadget suivant : «  Voici une plante Ginger pour ton (lil) Patch Vert. Peux-tu m’aider en renvoyant cette plante en retour ? Ensemble nous pouvons combattre le réchauffement global ! »Dans la catégorie « Education & Gaming », ce gadget, développé notamment par un Ingénieur travaillant pour Google, accueille mensuellement 5.732.262 visiteurs.

Voici ce qui y est annoncé : «  En plantant des fruits (cybernétiques) vous pouvez nous aider à faire du monde une place plus verte. Nous allons bientôt lancer des jeux très amusants pour vous divertir constamment pendant que vous agissez bien ! Nos sponsors contribuent financièrement à sauver la forêt amazonienne quand vous utilisez cette application. Après les dépenses, nous donnerons les bénéfices pour financer un « portfolio » de projets de reforestation. Merci de nous rejoindre dans cette mission ! Nous espérons que vous avez du plaisir ! »
Est-il judicieux de combattre le réchauffement climatique en quelques clics ? Quelle est la proportion énergie utilisée (ressources épuisées) et argent réinvesti (ressources récupérés) ? Quel est le bénéfice réalisé par Google ? Détruire pour réparer ? N’est-ce pas là une technique supplémentaire visant à rendre l’environnement encore plus dépendant du capitalisme ? Du pain et des jeux... ?


©©